RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

L'huile de poisson diminue le risque de cancer de la prostate mais…

Selon une étude menée par l’Université de Californie-Los-Angeles (UCLA), l’huile de poisson maigre serait très bénéfique en prévention et en traitement du cancer de la prostate. Ce travail montre que cette substance aide à combattre la progression des cellules cancéreuses.

Cette étude a travaillé sur deux groupes : le premier astreint à un régime allégé en lipides, avec de l’huile de poisson maigre (15 % des calories viennent de lipides), le second suivant  un régime américain standard (40 % de calories viennent de lipides).

Pour évaluer l'impact biologique de ces différents régimes sur les cellules, le professeur Aronson, qui a dirigé ces travaux, a utilisé le score CCP, un outil qui permet d'analyser l’évolution des cellules, de leur naissance à leur division.

Cette méthode a permis d'observer que les hommes souffrant d'un cancer de la prostate et pratiquant un régime peu gras ont un score CCP moins élevé que ceux de l’autre groupe, ce qui montre que leurs cellules cancéreuses évoluent moins rapidement et que leur cancer a moins de risques d'être agressif.

Un régime faible en graisses et la consommation en compléments alimentaires d’huile de poisson aiderait donc à combattre le cancer de la prostate et permettrait également de réduire le risque.

Néanmoins, une autre étude récente, publiée en 2011, a montré pour sa part que le mécanisme par lequel les acides gras oméga-3 provenant du poisson modifient le risque de cancer de la prostate est plus complexe que prévu et qu’il n'était pas forcément souhaitable pour les hommes de consommer trop d’huile de poisson, notamment sous forme de compléments alimentaires.

Ces études récentes montrent donc que le meilleur compromis entre risque accru et effet protecteur en matière de cancer de la prostate semble être pour les hommes de consommer, soit une portion de 150 g de poisson maigre ou demi-gras (sole, cabillaud, merlan, thon), deux fois par semaine, soit une portion hebdomadaire de 150 g de poisson gras (saumon, hareng, sardines).

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Cancer Prevention Research

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top