RTFlash

Les IEC amélioreraient le pronostic des AVC

La place des antihypertenseurs dans la prévention primaire et secondaire des accidents vasculaires cérébraux (AVC) n'est plus discutée. Par contre, il existe des incertitudes sur la classe médicamenteuse à privilégier dans ce contexte. Les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine possèdent des propriétés originales démontrées chez l'animal et suspectées chez l'humain à la suite d'études comme HOPE. Ils semblent avoir un effet bénéfique sur l'endothélium et des propriétés anti-athérosclérose. Cependant, d'autres études ont montré que les antihypertenseurs qui augmentent l'angiotensine II pouvaient avoir un effet neuroprotecteur.

Une étude publiée dans Neurology apporte des arguments en faveur de la première hypothèse en montrant une diminution de la gravité des AVC chez les patients traités par IECA. Tous les sujets de la région de Melbourne ayant fait un premier AVC entre mai 1997 et avril 1999 ont été inclus dans cette étude. Les facteurs de risque, les médicaments utilisés, le score de gravité NIHSS à l'inclusion et 7 jours après ont été évalués chez 716 patients. Trente-cinq pour cent d'entre eux étaient sous IECA, 31,1 % sous diurétiques et 7 % sous statines. Un AVC était considéré comme sévère si le score NIHSS était supérieur à 8.

Les patients qui étaient sous ICEA au moment de l'AVC avaient un risque réduit d'AVC sévère (odds ratio

[JIM">OR] 0,56 ; IC95 % 0,35 à 0,91) et de décès dans les 28 jours (OR 0,46 ; IC 0,24 à 0,87). Les principaux facteurs de sévérité de l'AVC étaient l'âge, la présence d'une fibrillation auriculaire ou d'une insuffisance cardiaque et un traitement par diurétiques. Ces mêmes facteurs étaient associés à une augmentation de la mortalité à 28 jours alors que le traitement anticoagulant avait un effet protecteur. Cette étude est certes rétrospective mais la taille de l'échantillon permet d'éliminer un certain nombre de facteurs confondants.

[JIM

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Quand la Lune influence notre sommeil…

    Quand la Lune influence notre sommeil…

    Des chercheurs de l’Université de Washington (États-Unis) ont découvert l'existence d'une variation des cycles du sommeil au cours du cycle lunaire de 29,5 jours. Dans les trois à cinq jours qui ...

  • Un anticorps monoclonal qui réduit de moitié le mauvais cholestérol

    Un anticorps monoclonal qui réduit de moitié le mauvais cholestérol

    Des chercheurs de la Mount Sinai School of Medicine (New York) ont confirmé  l’efficacité d’une nouvelle thérapie par anticorps monoclonal entièrement humain dans le traitement de ...

  • Des seniors de plus en plus jeunes...

    Des seniors de plus en plus jeunes...

    Des chercheurs de la faculté des sciences du sport et de la santé de l'Université de Jyväskylä (Finlande) ont comparé les performances physiques et cognitives des personnes âgées de 75 à 80 ans à ...

Recommander cet article :

back-to-top