RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Une étude sur des jumeaux révèle un mécanisme du vieillissement

Dans une étude récente, des chercheurs de l'Université d'Uppsala en Suède ont examiné des cellules sanguines de jumeaux identiques (monozygotes) de groupes d'âges différents, à la recherche de réarrangements d'ADN (acide désoxyribonucléique). Les résultats de cette étude pourraient expliquer, partiellement, pourquoi le système immunitaire s'endommage avec l'âge.

Les chercheurs ont montré que des réarrangements importants étaient présents seulement dans le groupe des plus de 60 ans. Le plus courant est la disparition d'une partie de l'ADN (par exemple une partie d'un chromosome) dans certaines cellules sanguines. Il a été trouvé que des restructurations pouvaient être corrélées à une maladie du sang connue où la moelle épinière n'est plus en mesure de produire correctement de nouvelles cellules. Des réarrangements, moins importants et moins complexes, ont également été trouvés dans les groupes plus jeunes. Il a été montré qu'un certain nombre de ces réarrangements sont corrélés à l'âge.

Jan Dumanski, professeur au Département d'immunologie, génétique et de pathologie de l'Université d'Uppsala explique : "Nous avons été surpris de voir que 3,5 % de individus sains âgés de plus de 60 ans étaient porteurs d'altérations génétiques aussi importantes. Nous pensons que ce nous voyons aujourd'hui n'est seulement qu'une partie de l'iceberg et que ce type de variation génétique est beaucoup plus courante."

Parmi les cellules sanguines, seuls les globules blancs contiennent de l'ADN. Les chercheurs de l'Université d'Uppsala estiment que le nombre grandissant de cellules avec des altérations d'ADN parmi les personnes âgées joue un rôle dans la sénescence du système immunitaire. Si les altérations génétiques entraînent une augmentation de cellules porteuses de ces changements, la diversité des globules blancs sera réduite et cela affectera le système immunitaire.

Les chercheurs de l'Université d'Uppsala travaillent en partenariat avec l'Institut Karolinska (Suède), l'Institut de biotechnologie HudsonAlpha (Etats-Unis) et d'autres centres de recherche aux Etats-Unis, en Pologne, aux Pays-Bas et en Norvège.

Techno-Science

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top