RTFlash

Vivant

Découverte fortuite d'un nouveau type de microgel désinfectant

On le sait, certaines des plus importantes découvertes médicales ont été faites par hasard comme, par exemple, la pénicilline en 1927. Les chercheurs de l’Université de Michigan avaient engagé des recherches sur une colle intelligente. Il s’agissait de tester la biocompatibilité et l’extraction d’un acide aminé collant des moules : le catéchol, pour lequel une petite décharge d'électricité permet d’activer et désactiver le caractère collant. "Au cours du processus, Hao Meng, la directrice de l’étude, a découvert que la réaction chimique générée par le peroxyde d'hydrogène était un sous-produit de l'oxydation", a déclaré Bruce Lee, professeur à l’Université de Michigan.

Les ingénieurs se sont alors intéressés à ce sous-produit qui rend ce désinfectant cicatrisant. Ils ont étudié la manière d’incorporer le peroxyde d’hydrogène pour provoquer une réaction chimique. Ils ont alors décidé de fabriquer un microgel. "Le gel est comme de la gélatine", explique Bruce Lee. "C'est un réseau de polymères avec beaucoup d'eau. Et comme la gélatine, nous commençons avec un liquide et le solidifions en une forme".

L'équipe de chercheurs a testé le microgel qui a permis de réduire de 99,9 % la capacité de deux virus à infecter les cellules. Ils ont étudié les effets sur deux souches bactériennes communes et deux virus structurellement différents. Ils ont observé le Staphylococcus epidermidis qui est responsable d'infections cutanées, d'infections nasales comme des sinusites ou d'infections urinaires puis l’Escherichia coli (E. coli), plus impénétrable, qui provoque des diarrhées sanglantes et une puissante toxine ou encore des intoxications alimentaires.

"Nous n'avons pas encore testé de souches bactériennes résistantes aux antibiotiques, mais plus nous pourrons cesser d'utiliser des antibiotiques, mieux ce sera", a déclaré Bruce Lee. "Il reste encore beaucoup de travail à faire. Nous voulons montrer dans quelles conditions cela favorise la guérison et comment réagit une cellule. De fortes concentrations de peroxyde d'hydrogène peuvent également tuer les cellules. Nous avons donc besoin d'un équilibre adaptable aux différents types de cellules".

Cette solution pourrait être une alternative au gel hydroalcoolique actuellement utilisé mais qui entraîne des résistances bactériennes de plus en plus grandes.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Science Direct

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Ces chiens qui détectent le cancer...

    Ces chiens qui détectent le cancer...

    Des chercheurs de la société BioScentDx (États-Unis) ont entraîné des chiens, appartenant à la race des beagles, au « clicker », un conditionnement destiné à les encourager à distinguer des ...

  • Les « gènes sauteurs » humains attrapés en pleine action

    Les « gènes sauteurs » humains attrapés en pleine action

    Tout au long de l’évolution, le génome de la plupart des êtres vivants s’est complexifié grâce aux éléments transposables ou « gènes sauteurs », des fragments d’ADN capables de se déplacer ou de se ...

  • Le cancer agressif de la prostate mieux compris

    Le cancer agressif de la prostate mieux compris

    Des chercheurs américains dirigés par Michael Freeman, directeur du programme de recherche sur le cancer à l'Hôpital Cedars-Sinai de Los Angeles, ont identifié un ...

Recommander cet article :

  • zelectron

    29/12/2018

    On nous prend pour des buses, perox d ' h² c'est l'eau oxygénée H²O² ! ! !

  • back-to-top