RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Cerveau : l'intelligence liée à l'évolution du cortex

Selon des recherches effectuées par Philip Shaw, de l'Institut National de la Santé de Grande Bretagne, un quotient intellectuel (QI) supérieur à la moyenne ne serait pas lié à un cerveau plus volumineux mais aurait un lien avec le développement du cortex, la couche de substance grise qui recouvre les deux hémisphères cérébraux. Chez les personnes qui ont un QI supérieur, le cortex s'épaissit plus rapidement pendant l'enfance, atteignant son maximum plus tardivement que chez les autres enfants, avant de diminuer à l'adolescence, expliquent des chercheurs dans la revue Nature.

Les chercheurs anglais ont utilisé le test d'intelligence le plus répandu, l'échelle de Weschler, pour évaluer le QI des enfants enrôlés pour cette étude. Les chercheurs ont suivi plus de 300 enfants de l'âge de 6 ans à l'âge de 19 ans. Ils ont étudié leur structure cérébrale à plusieurs reprises à l'aide de l'imagerie par résonance magnétique nucléaire (IRM).

Les enfants ayant un QI "supérieur" (121 à 145) ont au départ un cortex plutôt fin qui s'épaissit rapidement jusqu'à l'âge de 11 à 12 ans, atteignant alors son pic avant de s'affiner progressivement. Chez les enfants ayant un QI "moyen" (83-108), le cortex est initialement plus épais et atteint son pic dès 8 ans. Chez les enfants ayant un QI "élevé" (109-120) le développement du cortex suit un chemin intermédiaire. Les variations, dont les causes exactes demeurent inexpliquées, sont particulièrement nettes dans le cortex préfrontal, soulignent les chercheurs.

Ces résultats suggèrent que l'intelligence est davantage liée à l'évolution de la structure du cerveau qu'à sa masse ou son volume. Les chercheurs souhaitent poursuivre leurs travaux pour identifier les variantes génétiques liées aux différentes évolutions du cortex. Philip Shaw souligne toutefois que l'intelligence est très probablement le fruit d'une interaction complexe entre les gènes et l'environnement.

NIH

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top