RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Des cellules souches dans les globules blancs

Des chercheurs américains ont obtenu des cellules souches pluripotentes à partir d'un sous-groupe de monocytes circulant dans le sang périphérique humain. Yong Zhao, David Glesne et Eliezre Huberman ont identifié une catégorie de monocytes circulant dans le sang périphérique humain capables de se différencier en macrophages, en lymphocytes, en cellules épithéliales, en cellules endothéliales, en neurones ou encore en hépatocytes. Face aux questions éthiques et légales que soulèvent l'utilisation des cellules souches embryonnaires, l'identification de telles cellules pluripotentes dans l'organisme adulte apporte une solution idéale aux chercheurs et aux médecins. Ces monocytes sont faciles à obtenir à partir du sang humain et peuvent être cultivés, stockés, amplifiés et différenciés in vitro : ce sont de parfaits candidats pour la mise au point de traitements par transplantation. Ces cellules sont des candidats de choix pour les thérapies qui se fondent sur la transplantation de cellules. Indépendamment des problèmes éthiques que pose la manipulation de cellules souches embryonnaires, leur utilisation en thérapie peut provoquer des rejets immunologiques. En employant les cellules pluripotentes identifiées par Zhao et coll., il est possible de s'affranchir de ce problème, puisqu'elles ont l'avantage d'être faciles à obtenir chez les malades à traiter. Cette formidable découverte devrait non seulement profiter à la mise au point de traitements nécessitant des greffes de cellules, mais aussi fournir une alternative plus que satisfaisante à la manipulation des cellules souches embryonnaires. Ces cellules pourraient en effet à l'avenir être utilisées pour restaurer le pool de cellules immunitaires détruit au cours de certains traitement du cancer ou encore pour remplacer les neurones endommagés chez les patients atteints au niveau de la moelle épinière ou souffrant de la maladie de Parkinson ou d'Alzheimer.

PNAS : http://www.pnas.org/cgi/doi/10.1073/pnas.0536882100.

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top