RTFlash

Vivant

La vitesse de la pensée a été mesurée

Comprendre la signification d'un objet sur une image prend de 500 à 750 millisecondes, ont découvert des chercheurs de l'Université Johns Hopkins de Baltimore (Maryland) en plaçant des électrodes sur le cerveau d'un patient. Les neurologues, sous la direction du Pr John Hart, ont réussi à déterminer qu'il fallait de 250 à 300 millisecondes, ou un quart de seconde, pour commencer à comprendre ce qu'est l'objet représenté. De 250 à 450 millisecondes supplémentaires sont nécessaires pour que la personne définisse complètement quel est l'objet. "Les résultats obtenus sont une preuve supplémentaire que l'information s'accumule graduellement dans le cerveau, et non pas d'un seul coup, ou pas du tout", écrit le Pr Hart, dans les Proceedings de la National Academy of Sciences. Selon lui, comprendre les différentes étapes de cette accumulation de savoir et leurs liens pourrait aider les scientifiques à mieux analyser les pertes de compréhension et de la parole chez les patients victimes d'une congestion cérébrale ou atteints de la maladie d'Alzheimer.

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • TOC : un problème de connexions cérébrales ?

    TOC : un problème de connexions cérébrales ?

    Des chercheurs de l’Université de Cambridge ont découvert qu’une activité cérébrale trop importante dans le noyau caudé, le siège du contrôle des habitudes dans le cerveau, pouvait provoquer des ...

  • Dépression : L'hypothèse d'une inflammation du cerveau

    Dépression : L'hypothèse d'une inflammation du cerveau

    La dépression serait-elle provoquée  par une inflammation du cerveau ? Cette  piste repose sur certaines observations : l’activation du système immunitaire provoque des comportements (humeur morose, ...

  • Cerveau : de nouveaux types de cellules découverts

    Cerveau : de nouveaux types de cellules découverts

    Grâce à une nouvelle méthode sophistiquée d'analyse permettant d'examiner une cellule unique et de repérer quels gènes y sont actifs, des chercheurs suédois ont pu découvrir des types cellulaires ...

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top