RTFlash

Vivant

Rétablir le circuit cérébral qui contrôle le comportement social pour combattre l'autisme

Une équipe de recherche suisse du laboratoire Roche, basée à Bâle, a identifié un circuit cérébral spécifique pouvant conduire à des déficiences sociales dans les troubles du spectre autistique (TSA). Ces chercheurs ont montré que l'augmentation de l'activité de cette zone, l’habenula, conduit à des déficits sociaux chez les rongeurs, sa réduction semble résoudre ces anomalies comportementales.

L'étude suggère ainsi que les déficiences sociales caractéristiques du TSA peuvent provenir de l'altération de l'activité dans ce circuit, et que l'ajustement de ce circuit pourrait contribuer au traitement des troubles du comportement social dans l’autisme.

La fonction sociale a déjà été liée à la zone préfrontale du cerveau, mais les circuits qui affectent le contrôle préfrontal du comportement social restaient inconnus. En activant cette zone préfrontale chez la souris et le rat, les chercheurs ont pu identifier les zones du cerveau qui réagissaient et en particulier des changements dans l'activité dans les régions impliquées dans le comportement émotionnel, en particulier dans l’habenula.

A l’aide de différentes techniques, ils parviennent à cartographier les connexions de l'habenula à la zone frontale du cerveau et à contrôler avec précision l'activité des neurones dans ces régions. Notamment, en augmentant l'activité des neurones dans l'habenula, les rats et les souris deviennent moins « sociables ». A contrario, la réduction de l'activité de l'habenula réduit ces mêmes déficits sociaux.

Une activité anormale de ce circuit pourrait donc contribuer à l’anomalie comportementale caractéristique du TSA, et comprendre comment l’altération de la fonction cérébrale conduit à des déficits sociaux pourrait aider au développement de nouveaux traitements de l’autisme.

Ces recherches ouvrent également de nouvelles perspectives dans la compréhension d'autres pathologies, comme la schizophrénie et la dépression. Car ce circuit comprend des zones cérébrales impliquées dans la récompense et le plaisir. Ainsi, le dysfonctionnement social observé dans l’autisme pourrait être lié à un moindre plaisir dans l'interaction sociale. Enfin, ce circuit, impliqué dans le comportement social s’avère également un circuit impliqué dans la biologie de la dépression.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Biological Psychiatry

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Le cerveau : un organe social !

    Le cerveau : un organe social !

    Selon une étude de l'Inserm et du CNRS (Laboratoire de psychologie sociale et cognitive de Clermont Auvergne, Institut de psychologie sociale et cognitive et Institut de neurosciences de la ...

  • Dépendance au cannabis : vers un médicament ?

    Dépendance au cannabis : vers un médicament ?

    On sait désormais que l'usage de stupéfiants modifie la physiologie du cerveau, notamment la plasticité des synapses (zones de contact entre neurones). Dans 80 % des ...

  • Prévoir la réponse aux antidépresseurs

    Prévoir la réponse aux antidépresseurs

    350 millions de personnes dans le monde souffrent de dépression, mais seulement un tiers de ces patients répond de manière positive au premier antidépresseur prescrit. ...

Recommander cet article :

Poster un nouveau commentaire

back-to-top