RTFlash

Matière

IBM dévoile sa nouvelle puce en graphène

Le graphène pourrait un jour remplacer le silicium dans les semi-conducteurs. Mais ce composant constitué d’atomes de carbone reste difficile à produire.

Les laboratoires d'IBM ont réussi à fabriquer un récepteur radio avec des transistors en graphène, dont les performances sont sans précédent. Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs ont mis au point une technique de fabrication qui n’endommage pas le graphène tout en étant compatible avec le processus CMOS (Complementary Metal Oxide Semiconductor), qui est l’un des plus répandus pour la production de composants électroniques.

Cette percée ouvre la voie à des puces de communication sans fil plus performantes et moins coûteuses, qui pourraient équiper les appareils mobiles (smartphone, tablettes, etc.) et les capteurs intelligents de demain. "L’intégration du graphène avec le silicium va permettre d'augmenter sensiblement le rapport coût-performances", souligne Shu-jen Han, qui dirige ces recherches chez IBM.

Ce nouveau composant serait 10 000 fois plus performant que le premier prototype réalisé. Il a été testé avec succès en recevant les trois lettres « IBM » transmises sur une bande de fréquence de 4,3 GHz à une vitesse de 20 mégabits par seconde. Cette puce qui nécessite moins de 20 mW de puissance pour fonctionner a été produite sur wafer de 200 mm, sur une surface de 0,6 mm2.

"Grâce à ce nouveau processus de fabrication, nous allons pouvoir intégrer directement les circuits analogiques au graphène par-dessus les circuits numériques, ce qui permettra de dégager beaucoup de place sur la puce", précise Shu-jen Han. Celui-ci ajoute toutefois que les premières puces commerciales au graphène ne devraient pas voir le jour avant 2020.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

IBM

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

  • herve.autret

    31/08/2014

    Bonjour,

    Vous dites:

    >"L’intégration du graphène avec le silicium va permettre d'augmenter sensiblement le
    > rapport coût-performances", souligne Shu-jen Han, qui dirige ces recherches chez IBM

    Je ne vois pas cette phrase sur votre lien :
    http://ibmresearchnews.blogspot.fr/2014/01/graphene-circuit-ready-for-wi...

    Ceci dit : si le coût/performance augmentait : soit le coût augmenterait plus vite que la performance, soit le coût baisserait moins vite que la performance.

    Dans les 2 cas, je ne vois pas où serait l'intérêt.

  • Poster un nouveau commentaire

    back-to-top