RTFlash

Emissions de CO2 : la pause est malheureusement terminée

Selon les dernière prévisions du "bilan mondial du carbone" (GCP), les émissions de dioxyde de carbone devraient hélas repartir à la hausse en 2017, après 3 ans de stabilisation salutaire au niveau mondial. La hausse devrait être de 2 % cette année pour les émissions provenant des combustibles fossiles et des industries, soit un total de 41 milliards de tonnes de CO2.

Toutefois, les puits de carbone (océans et forêts, principalement, qui captent le CO2) devraient un peu mieux fonctionner en 2017 qu'au cours des deux années précédentes où avait sévi le phénomène climatique El Nino. Il reste que les chercheurs tablent sur une nouvelle hausse de la concentration du CO2 dans l'atmosphère cette année. Elle devrait être, en ce moment, juste au-dessus de 405 ppm (parties par million). Elle atteignait 403,3 ppm en moyenne en 2016 selon les données de l'Organisation météorologique mondiale.

La croissance des émissions mondiales de dioxyde de carbone en 2017 est surtout liée à la reprise de l'économie chinoise qui contribue pour plus d'un quart au total à ces émissions (28 %). De plus, l'année 2017 y a été moins pluvieuse, causant une réduction de l'hydroélectricité et rajoutant de la pression sur le charbon, comme le souligne Corinne Le Quéré, professeur de la science des changements climatiques à l'Université East Anglia à Norwich (Grande-Bretagne) et coordinatrice du "bilan mondial du carbone".

Autre mauvaise nouvelle : la baisse des émissions de CO2 des États-Unis s'est ralentie (- 0,4% estimé pour 2017 contre - 2,1% l'année précédente). Cette tendance semble « reliée au prix du gaz qui a favorisé le charbon », ajoute Corinne Le Quéré. Les chercheurs estiment que la demande de charbon devrait progresser de 0,5 % en 2017 aux États-Unis, après cinq années de baisse. Par ailleurs, malgré un net ralentissement, les émissions de l'Inde sont toujours orientées à la hausse : +2 % attendus en 2017.

Enfin, l'Europe (-0,2 % en 2017 après -0,3 % en 2016) suit la même tendance que les États-Unis pour cette année. Mais les émissions de CO2 ont augmenté en France et en Allemagne en 2016, avec respectivement 1,6 % et 0,9 % de hausse. S'agissant de la France, il est probable que cette augmentation soit la conséquence des arrêts temporaires sur une douzaine de réacteurs nucléaires français, à cause d'un problème générique sur des générateurs de vapeur, compensés par des centrales au gaz naturel et au fioul.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Scientific American

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top