RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Les virus confirment leur potentiel thérapeutique contre le cancer

Des chercheurs de l’Université de Zurich, en Suisse, ont réussi à reconstruire un adénovirus qui est capable de reconnaître et d’infecter efficacement et très sélectivement une tumeur. Ces travaux font coup double en proposant non seulement un virus furtif qui s'attaque aux cellules cancéreuses, mais également une nouvelle arme qui permet d’éviter le développement de résistances aux médicaments.

Les chercheurs sont partis de l'adénovirus humain 5, qui entraîne normalement les symptômes d'un rhume typique mais présente aussi de grands avantages : son génome peut être remplacé complètement par un génome artificiel qui ne contient que des gènes « utiles », de manière à ce que le virus ne puisse plus se répliquer et déclencher des maladies. De plus, son génome ne s'intègre pas dans les chromosomes humains.

Normalement, les adénovirus n’ont pas la capacité d'infecter les cellules cancéreuses et ne peuvent donc pas leur injecter les molécules thérapeutiques nécessaires pour lutter contre la maladie. De plus, les adénovirus sont efficacement neutralisés par le système immunitaire et éliminés très rapidement par le foie.

Pour lever ces deux obstacles, l'équipe du Professeur Andreas Plueckthun, professeur au Département de biochimie de l'Université de Zurich, est parvenue à reconstruire le virus afin qu'il reconnaisse et infecte efficacement les cellules tumorales. « Nous avons créé des molécules qui agissent comme un adaptateur entre le virus et la cellule tumorale ».

Avec son adaptateur et son camouflage, le virus devient une navette génique virale capable d’infecter efficacement les cellules tumorales. La démonstration est faite ici chez l’animal. « Avec cette navette génétique, nous ouvrons de multiples voies pour traiter les cancers agressifs, puisque nous pouvons faire produire à l'organisme lui-même un cocktail de molécules thérapeutiques directement dans la tumeur », souligne le Professeur Plueckthun.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Nature

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top