RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Vers la vaccination des insectes ?

Des chercheurs de l'Université d' Helsinki, en Finlande, ont réussi à concevoir le premier candidat-vaccin spécifiquement développé pour des insectes. Nommé PrimeBEE, le traitement pourrait venir en aide aux abeilles et les protéger contre les infections bactériennes qui déciment les colonies.

Les abeilles détiennent une place cruciale dans l'environnement. Avec les autres butineurs, on estime qu'elles pollinisent pas moins de 80 % des espèces de plantes sur Terre. Pourtant, ces précieux petits insectes sont aujourd'hui en danger. Ces dernières années, les populations ont connu un net déclin, laissant craindre une disparition prochaine des abeilles.

Si les pesticides, le changement climatique ou la perte de l'habitat sont évoqués parmi les facteurs responsables, des maladies émergentes frappent également les colonies. Un problème contre lequel des scientifiques pourraient avoir trouvé la solution. Cette équipe de l'Université de Helsinki en Finlande est parvenue à développer le premier vaccin destiné aux insectes.

Le mode de fonctionnement des vaccins est bien connu. Il consiste à mettre en contact un individu avec un agent pathogène afin de pousser son système immunitaire à développer des anticorps contre un agent infectieux. Les vaccins sont ainsi utilisés chez l'homme mais aussi chez d'autres animaux notamment domestiques.

Le problème est que le système immunitaire des insectes ne possède pas d'anticorps. Chez les insectes, il est ainsi impossible de déclencher ce qu'on appelle la "mémoire immunitaire" via un vaccin. Mais les scientifiques finlandais ont trouvé comment contourner le problème.

Ces recherches sont parties de deux observations. La première de la biologiste Dalial Freitak. En étudiant des papillons de nuit, elle a constaté que lorsque ces derniers étaient exposés à certaines bactéries, notamment via l'alimentation, ils semblaient transmettre une résistance à leur descendance qui montrait alors une forte réponse immunitaire.

La seconde observation est venue de sa collègue, Heli Salmela. Cette spécialiste travaillait depuis quelques temps sur les abeilles et une protéine appelée "vitellogénine" qui semble déclencher une réaction immunitaire chez les insectes face à des bactéries invasives.

Le vaccin PrimeBEE utilise la protéine vitellogénine pour aider les abeilles à déclencher une réponse immunitaire contre un agent pathogène. Plus précisément, le duo finlandais a choisi de s'attaquer à la "loque américaine", une maladie très contagieuse causée par la bactérie Paenibacillus larvae et capable de décimer des colonies entières.

L'infection est souvent introduite par des abeilles nourricières qui contaminent les larves via de la nourriture infectée par des spores. Ces derniers sont alors capables de germer et de se multiplier pour infecter d'autres victimes. Pour empêcher cela, Freitak et Salmela ont eu l'idée de concevoir un vaccin à administrer à la reine de la colonie via une pâte sucrée.

Le principe de l'innovation est relativement simple. "Quand l'abeille reine mange de la nourriture contaminée par des pathogènes, les signatures moléculaires associées se lient à la vitellogénine. La protéine transporte alors ces signatures dans les oeufs de la reine, où elles agissent comme des inducteurs pour de futures réponses immunitaires", détaille l'équipe dans le communiqué.

Ce procédé permettrait ainsi au système immunitaire des futures abeilles de reconnaître la bactérie comme étrangère et de déclencher une réaction pour s'en protéger. "Nous avons découvert le mécanisme qui montre que vous pouvez réellement les vacciner. Vous pouvez transférer un signal d'une génération à une autre", se réjouit Dalial Freitak. Reste cependant à attendre les résultats des premiers essais, en cours, de vaccin pour en évaluer l'efficacité.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

University of Helsinki

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top