RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vaccination : cinq millions d'enfants sauvés

«Nos investissements pour la vaccination des enfants dans les pays pauvres de la planète ont donné des résultats exceptionnels, se félicite Julian Lob-Levyt, directeur de l'Alliance mondiale pour les vaccins et l'immunisation (Gavi), qui fête cette année ses dix ans d'existence. Ils ont permis de sauver 5 millions d'enfants.» Il était au Forum économique mondial de Davos, aux côtés de Bill et Melinda Gates, dont la fondation a été, dès l'origine, le principal soutien financier de l'Alliance avec un don initial de 750 millions de dollars.

L'Alliance Gavi a été créée alors que la vaccination dans les pays les plus pauvres marquait le pas. L'arrivée de ce nouvel acteur a totalement changé la donne. En neuf ans, 250 millions d'enfants ont été vaccinés. 138 millions d'entre eux ont reçu des vaccins nouveaux ou sous-utilisés comme celui contre l'hépatite B ou l'Haemophilus influenzae de type b, responsable de méningites et de pneumonies graves. Au Bangladesh, par exemple, seulement 5 % des enfants âgés de moins de 5 ans étaient vaccinés en 2003 contre l'hépatite B. Trois ans plus tard, le taux était passé à 83 %.

Gavi intervient aujourd'hui dans 72 pays, africains et asiatiques pour la plupart, où le revenu moyen est inférieur à 1 000 dollars par habitant et par an. L'inégalité dans le domaine de la santé est considérable. Là-bas, des maladies comme la rougeole ou la coqueluche, considérées chez nous comme relativement bénignes, peuvent entraîner la mort des très jeunes enfants souffrant de malnutrition. Entre 2000 et 2008, la mortalité due à la rougeole a diminué de 92 % en Afrique !

Parmi les quatorze maladies qui devraient être couvertes par la vaccination, selon l'OMS (Organisation mondiale de la santé), les pneumonies à pneumocoques et les diarrhées à rotavirus tuent chaque année 1,4 million d'enfants dans les pays les plus pauvres. La prévention est possible et elle passe avant tout par la vaccination.

C'est ainsi que le Rotarix, un vaccin antirotavirus développé par GlaxoSmithKline (GSK), vient de passer avec succès les essais cliniques de phase 3 au Malawi et en Afrique du Sud (New England Journal of Medicine, 28 janvier 2010). Gavi, de son côté, a soutenu la mise au point du RotaTeq par Merck. Ce vaccin antirotavirus, administré depuis trois ans au Mexique, a permis de réduire de 35 % les décès chez les enfants de moins de cinq ans et de plus de 65 % chez ceux de moins de deux ans.

Figaro

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top