RTFlash

Un vaccin à base de plantes contre le cancer

Des chercheurs américains ont mis au point un vaccin à base de plantes capable de stimuler une réponse immunitaire dans certains cas de cancers. Bien que les chercheurs n'aient pas encore déterminé si cette réponse immunitaire était suffisante pour guérir totalement les patients atteints de cancer, ils ont l'espoir qu'un jour cette technique puisse conduire à guérir certains cancers particulièrement graves.

Ce vaccin "serait un moyen de traiter le cancer sans effets secondaires", a expliqué dans un entretien téléphonique le professeur Ronald Levy de l'Université de Stanford, principal auteur de l'étude parue dans la revue américaine Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

"L'idée est de mobiliser le système immunitaire pour lutter contre le cancer", a-t-il précisé, en se disant optimiste quant à l'obtention de résultats positifs lors des prochains essais cliniques. "Nous savons que si le système immunitaire s'emballe, il peut attaquer et tuer le cancer", a-t-il assuré, en indiquant que le vaccin avait été mis au point avec des plants de tabacs.

L'équipe du professeur Levy a testé le vaccin sur 16 patients atteints d'un lymphome, un cancer chronique incurable. Aucun des patients n'a ressenti d'effets secondaires et plus de 70 % ont développé une réponse immunitaire.

C'est la première fois qu'un vaccin contre le cancer élaboré à base de plantes a été testé sur des humains. Un des intérêts de ce vaccin est qu'il peut être mis au point rapidement et à un coût modéré. "Cultiver des cellules humaines pour produire des protéines est très coûteux et le processus est long et compliqué. Mais cultiver ces plantes n'est pas très onéreux... et nous savons comment faire pousser les plants de tabac très bien", a-t-il ajouté.

PNAS

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Détecter précocement le cancer du poumon grâce à l'IA…

    Détecter précocement le cancer du poumon grâce à l'IA…

    Le cancer du poumon, avec une survie nette à 5 ans de 17 % (pour les patients diagnostiqués entre 2005 et 2010), reste aujourd’hui de mauvais pronostic. Il y a quelques semaines, une étude portant ...

  • L'exercice physique à jeun serait plus bénéfique

    L'exercice physique à jeun serait plus bénéfique

    Selon une étude réalisée par des chercheurs de l'Université de Bath (UK), le contrôle de la glycémie peut être significativement optimisé, selon le moment auquel on mange et le moment auquel on ...

  • COVID-19 : Le rôle clé de la quarantaine

    COVID-19 : Le rôle clé de la quarantaine

    Des chercheurs de l'Université Krems, en Autriche, ont réalisé une vaste méta-analyse qui confirme pleinement l’efficacité de la quarantaine dans la lutte contre l’épidémie COVID-19. Ce travail ...

Recommander cet article :

back-to-top