RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

La télémédecine au service de la lutte contre les AVC

L'Agence Régionale de Santé (ARS) Ile-de-France présente un nouvel outil de télémédecine baptisé Téléneuro. Ce dernier aura pour mission de relier les hôpitaux sans expertise neurologique à ceux possédant une unité neuro-vasculaire (UNV). Objectif, améliorer la prise en charge des patients victimes d'accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Cette expérimentation est actuellement en cours entre trois hôpitaux disposant d'unités neuro-vasculaires et quatre hôpitaux qui en sont dépourvus en région parisienne. Le nouvel équipement apporte un double avantage : il permet à la fois le transfert de l'imagerie cérébrale du patient mais aussi une communication verbale et donc visuelle entre le malade, l'urgentiste et le neurologue. Objectif : réduire les inégalités d'accès aux soins dues à l'absence de services adaptés dans certains établissements. Cette initiative pourrait à terme se généraliser.

Les AVC restent fréquents en France. Les unités neuro-vasculaires (UNV) sont spécialement dédiées à la gestion de cette pathologie et ont démontré leur efficacité. En effet, une diminution de la mortalité de l'ordre de 20 % et une augmentation de 20 % du nombre de patients ne gardant peu ou pas de séquelles consécutives à l'AVC ont été constatées.

L'expérimentation en Ile-de-France de Téléneuro, un outil de transfert d'imageries médicales entre hôpitaux, devrait contribuer à une meilleure prise en charge des accidents vasculaires cérébraux (AVC), selon l'agence régionale de santé d'Ile-de-France (ARS IDF).

Les AVC touchent chaque année 130.000 nouveaux patients en France dont 20.000 en Ile-de-France. C'est la première cause de handicap acquis de l'adulte et la seconde cause de démence après la maladie d'Alzheimer. L'âge moyen de survenue est de 70 ans, mais un quart des personnes touchées ont moins de 65 ans et 5 % moins de 45 ans.

Dans ce cadre, les unités neuro-vasculaires ont démontré leur efficacité avec une "mortalité diminuée de 20 % et une augmentation du nombre de patients ne gardant pas ou peu de séquelles de 20 %", note l'ARS. Spécialisées dans la prise en charge des AVC en urgence 24h/24 et 7j/7, c'est à elles que doivent être en principe adressées directement les victimes en appelant le 15 (Samu).

Paris

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

    Recommander cet article :

    back-to-top