RTFlash

Une technologie révolutionnaire pourrait éliminer 99 % du CO2 de l'air…

Une équipe américaine de l'Université du Delaware travaille depuis 15 ans à l'amélioration des piles à combustible à membrane échangeuse d'hydroxyde (HEM), une solution économique et respectueuse de l'environnement. Mais il y a un problème : les piles à combustible HEM sont extrêmement sensibles au CO2 dans l'air. Essentiellement, le dioxyde de carbone rend difficile la « respiration » d'une pile à combustible HEM, ce qui réduit ses performances et son efficacité jusqu'à 20 %.

Il y a quelques années, des chercheurs ont réalisé que cet inconvénient pouvait en fait être une solution. Une solution pour éliminer le dioxyde de carbone. « Lorsque nous avons mieux étudié le mécanisme, nous avons réalisé que les piles à combustible étaient capables de capturer et d'éliminer presque chaque morceau de dioxyde de carbone qui y pénétrait », précise Brian Setzler, co-auteur de l'article, qui ajoute, « Notre approche permet d'éliminer 99 % du dioxyde de carbone de l'air en un seul passage avec la bonne configuration ».

En résumé, les scientifiques ont pu intégrer la source d'énergie de la technologie électrochimique dans la membrane de séparation. Il a fallu "court-circuiter" l'appareil en interne. Et en utilisant cette membrane interne électriquement court-circuitée, ils ont pu éliminer les composants volumineux, tels que les plaques bipolaires, les collecteurs de courant ou tout fil électrique que l'on trouve généralement dans une pile à combustible.

Les résultats de l'équipe de recherche ont montré qu'une cellule électrochimique de 5 cm sur 5 cm (2 pouces sur 2 pouces) pouvait éliminer en continu environ 99 % du dioxyde de carbone présent dans l'air à un débit d'environ deux litres par minute. Un premier prototype de dispositif en spirale de la taille d'une canette de 33 cl (12 oz) est capable de filtrer 10 litres d'air par minute et pour éliminer 98 % du dioxyde de carbone, ont déclaré les chercheurs. L'invention est actuellement testée à petite échelle en laboratoire, selon Setzler, et sera mise à l'échelle pour une application automobile. A terme, l'idée est de mettre sur le marché un appareil de très petite taille qui pourrait être utilisé pour éliminer le CO2, dans de nombreux espaces clos, bus, bateaux, avions, bâtiments.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Nature

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top