RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Une souris...jaune !

Des chercheurs américains ont donné naissance à une souris génétiquement modifiée en utilisant un transposon. La manipulation de l'ADN d'un vertébré par cette méthode est une première. Les scientifiques de l'université du Minnesota (Minneapolis, USA) ont injecté à l'oeuf fécondé un morceau d'ADN contenant un transposon, une séquence capable de se déplacer dans le génome, associé à un gène codant pour un pelage jaune. Une enzyme, la transposase, a été ajoutée pour activer la mobilité de ce vecteur d'un genre nouveau. Les transposons étaient déjà utilisés chez les invertébrés pour la transgenèse et la mutagénèse. « Nous avons testé un transposon fonctionnel appelé Sleeping Beauty dans un embryon de souris d'une seule cellule », précisent les chercheurs dans les Proceedings of the National Academy of Sciences du 2 avril. « Cette méthode permet l'introduction de plusieurs copies d'un même transposon dans le génome de souris. » La technique diffère de celle qui utilise des rétrovirus. L'utilisation d'un virus modifié capable d'insérer un morceau d'ADN dans un génome pour transformer un embryon aboutit généralement à la naissance d'un individu « chimère », c'est à dire que toutes les cellules n'expriment pas le nouveau gène. Au contraire, la technique par transposon ne présenterait pas cet inconvénient. De plus, il est possible que le transposon s'insère dans des régions du génome jusqu'ici inaccessibles aux retrovirus. Enfin, le vecteur peut être déplacé de nouveau dans le génome pour les besoins de l'expérience ; il suffit de fournir de la transposase à la cellule. Selon les chercheurs, cette nouvelle technologie devrait permettre de créer une grande variété d'animaux transgéniques à partir d'une unique et simple insertion d'un morceau d'ADN étranger. « Nous travaillons également au transfert de gènes directement dans des cellules du corps, dans le foie ou les poumons, par exemple », commente David Largaespada, le directeur de l'équipe. « Nous espérons que cette technique aidera à soigner des maladies comme l'hémophilie ».

PNAS du 2-04-2002 : http://www.pnas.org/papbyrecent.shtml

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top