RTFlash

Réduire la température corporelle pour vivre plus longtemps

Selon une récente étude américaine publiée dans le magazine spécialisé Science, réalisée par des scientifiques de l'Institut de recherche Scripps à La Jolla en Californie (USA), abaisser la température corporelle des souris sans limiter la quantité d'aliments consommés, pourrait prolonger leur vie de 12 à 20 %.

Jusqu'à maintenant, les scientifiques étaient parvenus à prolonger la vie d'animaux à sang chaud, en réduisant le nombre de calories consommées. En effet, une réduction de l'apport calorique abaisse la température corporelle, ralentissant ainsi le métabolisme.

Cette étude visait donc à vérifier si c'était la réduction calorique qui était à l'origine de l'allongement de la durée de vie, avec pour effet secondaire une baisse de la température du corps, ou si c'était cette dernière qui était la cause de ce gain en matière de longévité.

Comme le souligne Bruno Conti, professeur dans cet institut de recherche spécialisé dans le domaine biomédical « notre étude a montré qu'il était possible d'augmenter la longévité chez les souris par un abaissement modeste mais prolongé de la température de leur corps ». Et de préciser que ce « gain de longévité a été obtenu indépendamment du nombre de calories consommées ».

En agissant sur une partie de l'hypothalamus (glande qui se trouve au centre du cerveau) d'un groupe de souris, les chercheurs sont parvenus à baisser leur température corporelle de 0.3 à 0.5°C environ. Par rapport au groupe de contrôle dont la température n'avait pas été modifiée, ces petits mammifères ont vu leur longévité augmenter de 20 % pour les femelles et de 12 % pour les mâles.

Selon les scientifiques, cet allongement de la durée de vie pourrait s'expliquer par un ralentissement du métabolisme dû à la baisse en température du corps. Ce qui, in fine, retarderait l'apparition des différents signes de vieillissement.

SI

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • L’avocat protège le cœur

    L’avocat protège le cœur

    Une étude prospective qui a suivi plus de 110 000 hommes et femmes pendant plus de 30 ans suggère que manger deux portions d'avocat par semaine réduit le risque de développer une maladie ...

  • Des pansements intelligents au peroxyde d'hydrogène

    Des pansements intelligents au peroxyde d'hydrogène

    Des chercheurs de la Mayo Clinic (Rochester) et de l’Université de l’État de Washington ont mis au point des pansements électroniques au peroxyde d’hydrogène, mais sans antibiotique. Ces pansements ...

  • Le tabac serait un facteur intrinsèque de déclin cognitif

    Le tabac serait un facteur intrinsèque de déclin cognitif

    Une étude réalisé par des chercheurs de l'Ecole de Médecine Weill Cornell de New-York a montré que, quels que soient leurs autres problèmes de santé, plus les personnes fument, moins elles ...

Recommander cet article :

back-to-top