RTFlash

Avenir

Reconfigurer à volonté des puces électroniques...

Sera-t-il un jour possible de reconfigurer les puces électroniques à volonté, sans doute, si l'on en croit les travaux d'une équipe de l'EPFL (Suisse). Les chercheurs ont démontré qu'il était possible de créer des pistes conductrices larges de quelques atomes dans un matériau, de les déplacer à volonté et même de les faire disparaître.

L'ide est qu'une seule puce soit capable d'accomplir les tâches de plusieurs circuits différents. Un circuit dévolu à traiter les informations sonores pourrait par exemple, quand il n'est pas utilisé dans ce but, servir à traiter des images.

En outre, il deviendrait possible de développer de nouveaux circuits qui permettraient à une puce endommagée de se reconfigurer, afin de fonctionner en utilisant les parties encore valides qui la composent. "Cette propriété serait très précieuse dans des environnements hors d'atteinte, comme l'Espace", illustre Leo Mc Gilly, premier auteur de la publication.

Cette technologie prometteuse repose sur des matériaux dits « ferroélectriques », dans lesquels il est possible de créer des pistes conductrices flexibles. Ces pistes sont générées en appliquant un champ électrique sur le matériau. Plus précisément, sous l'effet du champ électrique, certains atomes centraux se déplacent soit « en haut » ou « en bas », ce qui s'appelle la polarisation.

A l'EPFL, les chercheurs ont démontré qu'il était possible de contrôler la formation des parois sur une couche mince de matériau ferroélectrique, et donc de créer des pistes à volonté à des endroits donnés. "En appliquant des champs électriques localement sur la partie métal, nous avons pu créer des pistes à différents endroits, les déplacer mais aussi les détruire, avec un champ électrique inversé", explique Leo Mc Gilly.

Selon Leo McGilly, "Le fait de pouvoir générer des pistes à volonté pourrait nous permettre d'imiter les phénomènes qui se déroulent à l'intérieur du cerveau, avec la création régulière de nouvelles synapses. Cela pourrait se révéler utile pour la reproduction du phénomène d'apprentissage dans un cerveau artificiel".

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

EPFL

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top