RTFlash

Le réchauffement climatique plus important que prévu

Alors que l’on estimait jusqu’à présent que la température moyenne du globe avait augmenté de 0,9°C depuis la révolution industrielle, des travaux récents réalisés par le Met Office Hadley Center, l'un des principaux centres de recherche sur le changement climatique au Royaume-Uni, suggèrent que cette hausse aurait été sous-estimée et serait plutôt de l’ordre de 1,07°C.

« Le changement climatique n'a pas soudainement empiré. C'est juste que notre estimation de l'ampleur du réchauffement s'est précisée », souligne Tim Osborn, chercheur à l'Université d'East Anglia (Royaume-Uni) devant la presse. Grâce à une nouvelle manière de mesurer les températures de surface de la mer. Et à la prise en compte de données plus larges sur la région arctique, une région qui se réchauffe deux à trois fois plus vite que le reste de la planète.

En 2018, le Giec, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, estimait que pour avoir deux tiers de chances de rester sous les + 1,5°C de réchauffement, les émissions mondiales de gaz à effet de serre devraient être divisées par deux d'ici 2030 et ramenées à zéro avant 2050.

L e Programme des Nations unies pour l'Environnement (PNUE) vient de confirmer, dans son rapport annuel comparant les émissions réelles de gaz à effet de serre et celles compatibles avec les objectifs de Paris, que, pour limiter le réchauffement de la planète à 1,5°C, il faudrait réduire les émissions de gaz à effet de serre de 7,6 % par an, chaque année de 2020 jusqu'à 2030. Or, ces émissions ont augmenté en moyenne de 1,5 % par an sur la dernière décennie, pour atteindre 59,1 gigatonnes en 2019…

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Met Office

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top