RTFlash

Avenir

La RATP sort son chien-robot, Perceval, pour sécuriser ses ouvrages

Au bout d’une galerie souterraine de la future gare Saint-Maur-Créteil du Grand Paris Express, un chien campé sur ses jambes observe. A sa démarche et à la lumière qui l’accompagne, quelque chose intrigue. Si c’est bien un chien, c’est surtout un robot, Perceval, que la RATP vient de présenter au salon Viva Technology, à Paris, au Parc des Expositions Porte de Versailles.

Perceval est imaginé comme un troisième œil pour les agents de maintenance. « Le chien-robot peut se rendre à la place de l’humain au bout du sous-quai pour vérifier l’état structurel et les points de désordre, c’est-à-dire les dysfonctionnements du site », explique Côme Berbain, directeur de l’innovation du groupe RATP. Ce robot à quatre pattes est aussi une solution pour que « nos agents ne s’abîment pas le dos, ne se cognent pas la tête dans les galeries, ne s’abîment pas tout court ! »

Tous les cinq ans, la RATP inspecte 34.000 ouvrages ; 300 à 400 sites peuvent mettre à l’épreuve les agents en termes de santé et d’accessibilité. Le sous-quai est un exemple parfait d’ouvrage bas de plafond où il faut cheminer sur 75 mètres dans le métro et plus de 200 mètres dans le RER.

Outre ses quatre pattes, Perceval est doté d’une caméra 360 degrés pour photographier et établir des fichiers des problèmes relevés. Il possède également une caméra interne pour le téléguider à distance. Muni d’antennes qui améliorent la portée de son signal, le chien-robot est d’une grande fiabilité, selon le directeur de l’innovation. Un scanner peut être fixé sur sa tête pour radiographier les galeries et les visualiser en trois dimensions. Une vue d’ensemble qui facilite les préparations d’inspections. Fissuration, éclat de béton, vieillissement des ouvrages, relevé de température pour prévenir d’un incendie, Perceval permet aux agents d’observer tout en restant en sécurité.

Acheté en novembre dernier à la start-up nantaise  Intuitive Robots, Perceval a été développé par l’entreprise américaine Boston Dynamics spécialisée dans la robotique à usage minier et militaire. Solide et tout-terrain, le robot va arriver au terme de sa phase de test et pourra alors être industrialisé.

Hélène Bahezre, pilote du programme d'innovation RATP, justifie l’investissement de près de 75.000 euros sur Perceval par une diminution de la pénibilité. « Il y a malheureusement trop d’accidents de travail, le groupe souhaite également féminiser la maintenance. Nous devons avoir des outils pour soulager les tâches difficiles, nous souhaitons aussi faire face à l’allongement des carrières. Enfin, si cela nous permet d’inspecter des sites où nous ne pouvons nous rendre, la question du prix ne se pose plus car la sécurité de nos sites est une priorité ».

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

20 minutes

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Un robot qui automatise les inventaires

    Un robot qui automatise les inventaires

    Une première mondiale ! Le staff d’ID Logistics ne cachait pas sa satisfaction, dans son entrepôt de Berre-L’Étang (Bouches-du-Rhône), que le logisticien a dédié à son client Panzani, lors de la ...

  • Un robot-caméléon qui change de couleur en temps réel

    Un robot-caméléon qui change de couleur en temps réel

    La bête à la silhouette primitive avance lentement. Sa carapace orange se confond avec le revêtement de sol orangé. Puis ce revêtement devient vert et l’animal se teinte en vert. Un dernier carré de ...

  • Un robot autonome plante des graines dans le désert

    Un robot autonome plante des graines dans le désert

    Inventée par Mazyar Etehadi pour son projet de fin d'études au Dubai institute of design and innovation, cette machine est tout aussi adorable, et encore plus utile. Abandonnée dans un vaste désert, ...

Recommander cet article :

back-to-top