RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Quand les virus communiquent entre eux !

Des chercheurs israéliens dirigés par Zohar Erev, de l'Institut des sciences Weizmann, à Rehovot en Israël, ont découvert que certains virus sont capables de communiquer entre eux. "Nous ne nous y attendions pas, cette découverte a été une véritable surprise", reconnaît Rotem Sorek, qui a dirigé ces travaux.

Les virus en question sont spécialisés dans l'infection des bactéries (d'où leur nom, "bactériophages" ou "phages"). Lorsque l'un d'eux rencontre une bactérie à son goût, il l'infecte en lui injectant son matériel génétique, la forçant à produire des dizaines de copies de lui-même, lesquelles finissent par s'échapper en détruisant la cellule bactérienne, pour aller infecter ses voisines. Ces chercheurs voulaient en fait vérifier si les bactéries se prévenaient les unes les autres lorsqu'elles étaient attaquées par des bactériophages. Mais ce qu'ils n'avaient pas prévu, c'est que c'était les phages qui communiquaient entre eux !

"C'est la première fois qu'une molécule permettant à des virus de communiquer entre eux est découverte" , s'enthousiasme Rotem Sorek. Baptisée "arbitrium", cette molécule incite les phages à ne pas opter pour la stratégie de l'infection, mais à s'intégrer dans le génome bactérien et à s'y cacher en restant silencieux, comme endormis.

Le système est simple et élégant. En temps normal, un gène (aimX) empêche le phage d'entrer en dormance quand il infecte une bactérie. Alors que ce phage force la bactérie à produire des copies de lui-même, il l'oblige aussi à fabriquer de l'arbitrium. Libéré dans l'environnement, celui-ci est ingéré par les cellules saines alentour - il ressemble beaucoup aux molécules utilisées par les bactéries pour communiquer entre elles.

Après plusieurs cycles d'infection, la quantité d'arbitrium présent dans les bactéries indemnes augmente donc fortement. Or, à partir d'une certaine concentration, cet arbitrium empêche l'activation du gène aimX, ce qui pousse le phage à s'endormir.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Science et Vie

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top