RTFlash

Première transplantation d'un nano-ordinateur à ADN dans un insecte…

Des chercheurs de l'Institut Wyss (associé au département de recherche médicale de l'Université d'Harvard) ont injecté des brins d'ADN pré-programmés dans des cafards pour évaluer le potentialités de ces "nanovecteurs" sur un organisme vivant.

Grâce à des marqueurs fluorescents, les chercheurs ont pu suivre leurs déplacements dans l'insecte. Ces brins, agencés comme une sorte de panier verrouillé, se déplient comme un origami au contact d'une molécule cible pour relâcher dans l'organisme une autre molécule. A terme, seules les cellules ciblées, dont les caractéristiques auront été programmées dans le nanorobot, seront traitées.

Les chercheurs espèrent augmenter la capacité de programmation des brins d'ADN pour la rendre équivalente à celle d'un ordinateur 8 bits, similaire aux machines des années 80. Le concept d'ordinateur à ADN consiste à coder des fragments de brins d’ADN capables d’interagir entre eux mais aussi avec leur environnement pour ensuite adopter un certain comportement.

En greffant ces nano-ordinateurs sur des cafards, les scientifiques espèrent à terme pouvoir diagnostiquer et traiter au niveau cellulaire et génétique de nombreuses pathologies. La prochaine étape, prévue pour 2020, consistera à réaliser des essais cliniques de cette technologie sur des mammifères.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Nature

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Toyota fait entrer la réalité virtuelle à l'usine

    Toyota fait entrer la réalité virtuelle à l'usine

    Le constructeur automobile japonais Toyota Motors travaille actuellement sur le déploiement de casques de réalité virtuelle Microsoft HoloLens sur ses lignes de production afin de répondre à ...

  • Des robots font dialoguer les poissons avec les abeilles

    Des robots font dialoguer les poissons avec les abeilles

    A priori, poissons et abeilles n’auraient ni l’occasion de se rencontrer, ni grand-chose à se raconter. Des chercheurs de l’EPFL et de quatre autres institutions Européennes membres du projet ...

  • Un pas de plus vers un cerveau artificiel

    Un pas de plus vers un cerveau artificiel

    Cette percée réalisée par des équipes des universités de Münster (Allemagne), d'Oxford et d'Exeter (Royaume-Uni) ouvre la voie à la création d'ordinateurs dont le fonctionnement ressemblera à celui ...

Recommander cet article :

back-to-top