RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Première estimation scientifique des ravages de la pollution de l'air intérieur en France

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) vient de publier sa première étude sur les estimations des dommages provoqués par la pollution intérieure sur notre santé. Le résultat est édifiant : selon ces recherches, cette pollution interne entraînerait environ 20.000 décès par an, soit 3,5 % de décès annuels et environ cinq fois plus que les morts sur les routes. Le coût de cette pollution interne serait d'environ 19 milliards d’euros chaque année pour la collectivité, soit environ 700 euros par foyer…

L'étude n'a pris en compte que les 6 polluants majeurs présents dans l’air intérieur (indépendamment de leur source), le benzène, le radon, le trichloréthylène, le monoxyde de carbone, les particules et la fumée de tabac. Selon ce travail, les principaux polluants de l’air intérieur peuvent se classer en trois grandes catégories : premièrement, les polluants chimiques (composés organiques volatils (COV), oxydes d’azote (NOx), monoxyde de carbone (CO), hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), phtalates, etc.), deuxièmement, les bio contaminants (moisissures, allergènes d’acariens, d’animaux domestiques et de blattes, pollens etc.) et troisièmement, les particules et fibres (amiante, fibres minérales artificielles, particules inertes, etc.).

Le coût économique global de cette pollution interne, comprenant notamment le coût direct lié aux décès mais également le coût indirect lié à l'altération de la qualité de vie et aux pertes de production économique, serait d'environ 19 milliards d’euros par an pour la collectivité.

L'étude précise également que la part des particules dans ces dommages est prépondérante et représenterait 82 % des décès. Ces particules en suspension dans l’air intérieur proviendraient à la fois de l’air extérieur pollué et de sources intérieures, telles que la cuisson des aliments, l’entretien des locaux, les appareils de combustion et de ventilation.

Cette étude qui fera date est à rapprocher de celle publiée récemment par l'OMS et qui estime à 4,3 millions le nombre de décès provoqués par la pollution de l'air intérieur dans le monde, soit 7,3 % des décès annuels.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Anses

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top