RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

La pollution tue

La pollution de l'air serait à l'origine de 3 % du total des décès observés aux Etats-Unis. Une étude coordonnée par Joel Schwartz, professeur à la Harvard School of Public Health de Boston, vient en effet de démontrer que les fines poussières relâchées dans l'atmosphère constituent bel et bien " une cause indépendante de mortalité. " Les responsables éditoriaux du Journal de la Société européenne de pneumologie soulignent, que ce travail " permet d'écarter définitivement l'hypothèse selon laquelle une bonne partie de ces décès aurait été due à des épidémies saisonnières de grippe ou de pneumonie. " Au récent congrès mondial de Pneumologie de Florence, une étude menée par l'OMS en Autriche, en France et en Suisse avait déjà soulevé l'alarme. Elle avait démontré que dans ces pays, 40 000 personnes meurent chaque année victimes de micro-particules dont la petite taille - moins de 10 microns - leur permet de s'infiltrer au plus profond des alvéoles pulmonaires. Ces PM 10 - pour Particulate Matter 10 microns se trouvent notamment dans les gaz d'échappement. Elles entraînent des troubles respiratoires graves comme de l'asthme ou des bronchites. Le tribut payé par les Européens - 40 000 morts donc, mais aussi un million de crises d'asthme, plus de 47 000 cas de bronchite chronique, 540 000 bronchites infantiles aiguës... - n'est pas unique en son genre. L'étude menée aux Etats-Unis a porté sur cinq grandes métropoles. Minneapolis, Chicago, Detroit, Pittsburgh et Seattle ont été passées au peigne fin et c'est Minneapolis qui affiche le risque le plus élevé : pour chaque tranche de 10 micro grammes de ces PM 10 par mètre cube d'air, le nombre de décès journaliers augmente de 1,3 % !

Healtandage.com :

http://www.healthandage.com/newsletter/npf.htm

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top