RTFlash

Vivant

Un nouveau médicament contre les migraines réfractaires

La migraine est un véritable fléau social qui touche huit millions de personnes en France. Cette pathologie peut être très invalidante et perturber gravement la vie professionnelle et sociale des patients.

Sans qu'on sache exactement pourquoi, environ un tiers des migraineux ne répond pas aux différents traitements disponibles. Mais cette situation pourrait changer car, à l'occasion de l'assemblée annuelle de l’Académie Américaine de Neurologie à Los Angeles, une étude a confirmé l'efficacité d'un nouveau traitement,  appelé érénumab, qui permettrait de réduire de moitié le nombre d’épisodes migraineux chez certains patients.

L’érénumab est un anticorps monoclonal qui bloque les signaux de douleur en ciblant un récepteur du peptide lié au gène de la calcitonine CGRP (pour Calcitonine-Gene Relatide Peptide). Ce peptide transmet habituellement les signaux de la douleur migraineuse. Or, l’érénumab parvient à bloquer son action en ciblant les nerfs du système nerveux.

Son efficacité a été testée lors d’une étude randomisée de 12 semaines menée sur 59 sites dans 16 pays, et appelée Liberty. Les 246 patients adultes sélectionnés étaient tous migraineux et avaient testé sans succès (en termes d’efficacité, de tolérance, ou les deux) entre 2 et 4 traitements de prévention. Ils ont été répartis au hasard en deux groupes : le premier a été sélectionné pour recevoir 140 mg d’érénumab (2 injections de 70 mg), et le second un placebo, toutes les 4 semaines par voie cutanée sur une période de 12 semaines.

"Les personnes incluses dans notre étude étaient considérées comme plus difficiles à traiter, ce qui signifie que jusqu'à quatre autres traitements préventifs n'avaient pas fonctionné", a déclaré Uwe Reuter, professeur à l’Université de médecine de Berlin et principal auteur de l’étude. "Nos travaux ont montré que l'érénumab réduit le nombre moyen de migraines mensuelles de plus de 50 % pour près d'un tiers des participants, ce qui peut grandement améliorer la qualité de vie d'une personne".

Les chercheurs ont en effet constaté qu’après 12 semaines de traitement, 30 % des patients qui prenaient de l'érénumab présentaient une réduction de 50 % ou plus du nombre de jours moyens mensuels sans migraine, contre 14 % chez les patients qui prenaient le placebo. L’érénumab pourrait donc être une option pour les patients souffrant de migraines difficiles à traiter.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

The Lancet

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

Poster un nouveau commentaire

back-to-top