RTFlash

Des nanostructures en ADN

Mathew Maye et son équipe du Brookhaven National Laboratory (New York), ont réussi à sous-traiter la fabrication de nanostructures... à des brins d'ADN. Ces ouvriers microscopiques ont assuré l'assemblage de minuscules particules d'or, ouvrant une nouvelle voie pour les nanotechnologies. Ce procédé original et prometteur vient d'être présenté aux dernières rencontres de la Société américaine de chimie, un événement annuel où il se passe toujours quelque chose d'intéressant.

Sur le papier, le principe est simple. De courts brins d'ADN sont tout d'abord synthétisés, présentant certaines successions de leurs bases (au sens chimique du terme), qui sont au nombre de quatre, l'adénine, la thymine, la guanine et la cytosine. Pour ceux qui auraient oublié leurs cours de biologie, rappelons que dans une molécule naturelle d'ADN, l'ordre de ces bases (notées A, T, G et C) constitue le code génétique. Ce sont également ces bases qui assurent l'appariement des deux brins de la double hélice, l'adénine se liant à la thymine et la guanine à la cytosine.

Les chercheurs ont ensuite fixé ces brins sur des particules d'or (ils semblent s'y adsorber facilement). Chaque morceau d'ADN va alors s'apparier avec un autre brin dont le code sera complémentaire (un A en face d'un T, un G en face d'un C). Comme les pièces d'un puzzle, les particules d'or, recouvertes de leurs brins d'ADN, vont se fixer les unes aux autres d'une seule et unique manière. Si l'on s'y prend bien, on peut ainsi provoquer l'auto-assemblage des particules en une structure à la forme voulue. L'équipe de Mathew Maye n'a pour l'instant rien fabriqué de concret. Mais les scientifiques ont appris à maîtriser la technique. En utilisant de multiples formes d'ADN, ils ont pu contrôler la vitesse d'assemblage des particules et, récemment, à obtenir des agrégats de tailles variées.

Futura

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Des microrobots qui pourraient guérir les fractures

    Des microrobots qui pourraient guérir les fractures

    Des chercheurs de Linköping (Suède) et de l’Université d’Okinawa (Japon) expliquent avoir créé des microrobots capables de reproduire le phénomène de durcissement des os. Ils peuvent ainsi prendre ...

  • Les robots-majordome arrivent…

    Les robots-majordome arrivent…

    Il s'appelle "Yokobo" et a l'apparence d'un simple appareil ménager. Il est pourtant le fruit d'un très savant travail de recherche mené pendant cinq ans par les scientifiques de Carnot Télécom & ...

  • SitePrint, un robot qui imprime les plans de construction

    SitePrint, un robot qui imprime les plans de construction

    HP a dévoilé un robot baptisé SitePrint, capable de tracer les plans au sol sur les chantiers de construction. La firme américaine assure que les entreprises qui se le procurent pourront multiplier ...

Recommander cet article :

back-to-top