RTFlash

Vivant

Maladie d'Alzheimer : le CHU de Montpellier teste un casque susceptible de ralentir la progression de la maladie

Chaque année, la maladie d'Alzheimer touche 225 000 nouveaux patients et plus de 3 millions de Français sont affectés directement ou indirectement par cette pathologie neurodégénérative à ce jour incurable. Si de nombreuses recherches sont en cours, un dépistage précoce reste à ce jour le seul moyen de ralentir la progression de la maladie.

À Montpellier, la start-up REGEnLIFE a mis au point un casque qui offrirait une protection neuronale aux patients et ralentirait leur dégénérescence. Déjà testé sur des souris, ce casque utilise la technique de la photobiomodulation, en utilisant les stimulations photoniques, électriques ou magnétiques, à des endroits stratégiques du fonctionnement de la mémoire, du langage ou de l’orientation, pour agir sur les cellules du patient.

Cette technologie consiste en des séances de plusieurs minutes par jour avec un système d’émetteurs sous la forme d’un casque cérébral pour une application transcrânienne et sous une autre forme pour une application transcutanée ciblant d’autres parties du corps. Ces émissions spécifiques, situées notamment dans l’infrarouge proche, sont athermiques, non-invasives et visent à agir au cœur des cellules afin de permettre une protection neuronale et éviter une dégénérescence.

Ce nouvel outil qui laisse entrevoir un espoir dans le traitement de la maladie d'Alzheimer a séduit le CHU : 64 patients, âgés de 55 à 85 ans, et atteints de la maladie à un stade léger à modéré, vont être munis de ce casque 5 jours par semaine pendant deux mois. Les résultats de cette étude seront connus dans un an et demi.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Santé Mentale

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

Poster un nouveau commentaire

back-to-top