RTFlash

Matière

De l'hydrogène naturel en quantité dans les Pyrénées

Lors d’un colloque scientifique sur l’hydrogène naturel organisé par la Société Géologique de France à Paris ce 28 juin 2021, les Pyrénées ont fait l'objet d'une session dédiée. Les résultats d'une nouvelle étude confirment la présence d'hydrogène dans le massif ainsi que le rôle des failles en profondeur.

Le colloque sur l’hydrogène naturel a mis en avant les Pyrénées comme lieu de présence du gaz léger dans le sous-sol. Le massif montagneux présente toutes les caractéristiques propices à la formation, migration et stockage de cet hydrogène dit blanc qui suscite un intérêt de plus en plus marqué. Et pour cause : l'hydrogène ne serait pas seulement un vecteur énergétique mais aussi une source d'énergie primaire, à extraire du sous-sol.

« Nous avons la présence d’une roche source à moins de dix kilomètres dans des conditions de pression et de température parfaites pour la serpentinisation [transformation de certaines roches en contact avec l'eau produisant de l'hydrogène, ndlr], des failles en profondeur qui peuvent faire remonter les gaz et des zones salifères potentiellement capables de jouer le rôle de stockage, » explique Nicolas Lefeuvre, doctorant au CNRS et à l’Université Grenoble Alpes.

Les nouvelles observations présentées par Nicolas Lefeuvre lors du colloque confirment non seulement la présence d'hydrogène dans les Pyrénées mais aussi le rôle des failles. « Ce que nous avons apporté à ces connaissances préalables ce sont des tests à un mètre de profondeur permettant de mettre en avant le rôle des failles pour la remontée de fluides depuis les profondeurs. Ce qui corrobore les suggestions issues de données tomographique, sismiques, etc. plus anciennes ».

Le doctorant a ciblé une zone de 7500 km2 situé dans l'ouest pyrénéen. « Nous avons trouvé des données issues de la littérature. Nous avons ressorti les données géologiques, géophysiques, gravimétriques, tomographiques, etc. ».

De plus, du méthane dit abiotique - issu d'hydrogène - avait été mesuré, laissant supposer la production d’hydrogène en profondeur. « Mis bout à bout, nous avons effectivement une zone intéressante ». Avec un maillage de 10x10 km, ce ne sont pas moins de 1100 analyses de gaz qui ont été réalisées à un mètre de profondeur dans le sol. Des « points chauds » à de 1000 ppm (partie par millions) d’hydrogène ont été notamment remontés au niveau du bassin de Mauléon, qui correspondent parfaitement aux failles à partir desquelles le gaz peut facilement remonter à la surface.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Industrie & Technologies

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Dijon lance son chantier de production d'hydrogène vert

    Dijon lance son chantier de production d'hydrogène vert

    Le premier coup de pioche de la première des deux futures stations de production d'hydrogène vert de Dijon (Côte-d'Or) a été donné le 19 mai. La métropole bourguignonne, qui vient de lancer un ...

  • Optimiser la conversion d'énergie avec de la biomasse

    Optimiser la conversion d'énergie avec de la biomasse

    Comment tirer profit au maximum des ressources énergétiques à disposition localement, telle que la biomasse issue de la consommation des ménages, de l’agriculture ou de l’agroforesterie ? En partant ...

  • Transformer le CO2 en carbone luminescent…

    Transformer le CO2 en carbone luminescent…

    En s’aidant d’une source de lumière visible, une équipe de recherche de l’Université d’Ottawa est parvenue à transformer le dioxyde de carbone (CO2) gazeux en carbone solide émettant de la lumière. ...

Recommander cet article :

back-to-top