RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

L'ancêtre éteint de l'homme, l'Homo erectus, cuisait déjà ses aliments

La cuisson permettait à l'homme d'absorber davantage de calories, lui donnant plus de forces et une espérance de vie plus longue.*

L'Homo erectus, ancêtre éteint de l'homme moderne ayant vécu il y a 1,9 million d'années, cuisait déjà ses aliments, révèle une recherche publiée récemment.

Unique parmi les animaux, l'homme consomme beaucoup d'aliments cuits et ses ancêtres ont, grâce ce régime alimentaire, absorbé davantage de calories, lui donnant plus de forces et une espérance de vie plus longue, selon des travaux parus dans les Annales de l'académie nationale américaine des sciences (PNAS) datées du 22 au 26 août. Mais le moment à partir duquel la cuisson des aliments a commencé à faire une différence biologique notable sur les ancêtres de l'Homo sapiens restait incertain jusqu'à présent, observent les chercheurs de cette étude.

Recourant à une technique phylogénique - étude des parentés entre différents êtres vivants pour en comprendre l'évolution -, les auteurs de cette étude, dont Chris Organ, un biologiste de l'Université de Harvard (Massachusetts, nord-est), ont pu déterminer le temps que l'homme et les autres primates ont passé respectivement à se nourrir. "Nous avons déterminé que l'homme moderne consacre moins de temps à se nourrir, à savoir 4,7 % de ses activités quotidiennes, que les autres primates avec 48 %", a-t-il dit.

Cette différence laisse penser qu'un changement rapide dans l'évolution des habitudes alimentaires s'est produit dans la branche humaine après la séparation avec les chimpanzés il y a quelque six millions d'années. Ainsi, parmi les ancêtres éloignés de l'homme moderne, l'Homo erectus montre une forte réduction de la taille de ses molaires qui s'est poursuivie, bien qu'irrégulièrement, chez l'Homo sapiens. "Nous avons pu montrer que la réduction de la taille des molaires des premiers ancêtres de l'homme - l'Homo habilis et l'Homo rudolfensis - s'expliquait seulement par l'évolution et la taille du corps", écrivent les chercheurs.

Le Point

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top