RTFlash

Informatique : Les PME - PMI tardent à se brancher en réseau

Si les grandes entreprises s'apprêtent à passer les deux grandes échéances du siècle que sont le passage à l'an 2000 et à l'euro sans trop de difficulté, il n'en va pas de même pour les PME-PMI et les toutes petites entreprises (moins de 99 salariés). Ce constat en cache un autre tout aussi alarmant : la frilosité des PME-PMI face à tout ce qui touche de près ou de loin aux technologies de l'information. Les résultats d'une enquête réalisée l'été dernier par le cabinet d'études GfK pour le compte des revues Computer Reseller News et Informatiques Magazine auprès d'un échantillon de 503 PME-PMI françaises montrent pourtant que, en dépit d'un certain retard, les dirigeants de ces sociétés prennent actuellement conscience de leur carence et des travaux à réaliser pour mettre à niveau leur outil informatique. Ainsi, selon cette enquête, 43 % des PME-PMI interrogées n'ont-elles aucun micro-ordinateur connecté en réseau ; ce chiffre doit toutefois être nuancé en fonction de leur taille : 45 % des PME de moins de 99 salariés ne possèdent aucune connexion réseau contre 27 % des PME de 100 à 499 salariés. Conséquence logique, l'Internet n'est guère répandu : les petites PME-PMI ne sont que 21 % à l'utiliser et 80 %d'entre elles ne jurent encore que par le bon vieux Minitel. Et, lorsqu'elles possèdent un site Internet (17 %), son rôle se limite essentiellement à celui d'une vitrine. Quant au passage à l'an 2000 et à l'euro, 43 % des très petites entreprises n'ont strictement rien fait pour y répondre et à peine 36 % d'entre elles ont entamé des démarches pour se renseigner. Face à l'urgence, les dirigeants (toutes PME-PMI confondues) ont pris conscience des capitaux à mobiliser. 54 % des budgets informatiques 1999 des PME-PMI ont été revus à la hausse. Par ailleurs, le nombre de sociétés disposant d'un site Internet devrait doubler pour atteindre 41 % dès juillet 1999. Une manne financière qui va profiter en premier lieu aux sociétés de services informatiques (SSII), les petites PME-PMI préférant avoir recours aux prestataires extérieurs plutôt que d'embaucher des spécialistes de l'informatique. Pour quels besoins ? Essentiellement la maintenance (77 %), le conseil (38 %) et l'assistance (37%).

(La Tribune/26/10/98)

http://www.latribune.fr/tribjour/indextri.html

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top