RTFlash

Avenir

IBM parie sur les nanotubes de carbone pour remplacer les transistors en silicium

Des chercheurs d’IBM ont réussi à déplacer des électrons sur un nanotube de carbone, une structure d'une taille 10.000 fois plus petite qu’un cheveu humain, de surcroît excellent conducteur d’électricité. Les chercheurs d'IBM ont trouvé le moyen de lier atomiquement un type spécifique de métal à un nanotube de carbone pour créer un "nano-point de contact", nécessaire pour déplacer les électrons à travers le nanotube de carbone sans affecter les performances de la puce. Cette nouvelle étape ouvre la voie vers le remplacement des transistors en silicium par des nanotubes de carbone de seulement 3 nanomètres de diamètre !

En début d'année, IBM avait déjà annoncé en grande pompe qu’il avait conçu une puce intégrant des transistors de seulement 7 nanomètres de diamètre. IBM rappelle que, depuis 1965, la loi de Moore, bien que modifiée (le temps de doublement du nombre de transistors sur une puce est passé de 18 mois à deux ans) a été globalement respecté. C'est la raison pour laquelle les puces les plus puissantes comptent aujourd'hui plusieurs milliards de transistors, contre à peine quelque milliers en 1971 et c'est également ce qui explique que nos smartphones soient plus puissants qu’un supercalculateur de 1985 et qu'un téraoctet de stockage ne coûte à présent que 50 dollars.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Information Week

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top