RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Une étude d'une ampleur sans précédent confirme le rôle bénéfique des graisses insaturées

Une vaste étude réalisée par la faculté d'Harvard a montré comment le type de graisses consommées influence la mortalité. Ces travaux confirment les « bienfaits importants des graisses insaturées, surtout quand elles remplacent des graisses saturées et des acides gras trans », indique Dong Wang, un chercheur à la faculté de santé publique de Harvard, principal auteur.

Cette étude a porté sur 126 233 participants de 2 cohortes prospectives américaines (Nurse Health Study et Health, 83 349 femmes ; Professionals Follow-Up Study, 42 884 hommes) suivis pendant 32 ans. Durant la période – les participants ont répondu à un questionnaire tous les 2-4 ans sur leur alimentation, mode de vie et santé –, 33 304 décès ont été enregistrés.

L'étude analyse le lien entre la consommation des différents types de graisses et la mortalité. La consommation d'acides gras trans – résultant de procédés industriels des matières grasses végétales – avait le plus grand impact négatif sur la santé. Une augmentation de 2 % des acides gras saturés est associée à un risque accru de 16 % de la mortalité prématurée. Comparé au même nombre de calories provenant d'hydrates de carbone, 5 % de la consommation en graisses saturées en plus conduit à une hausse de la mortalité toutes causes de 8 %.

En revanche, les graisses poly- et non-insaturées étaient associées à une baisse de la mortalité, respectivement de 11 % et de 19 % comparées à un régime riche en d'hydrates avec le même niveau de calories carbone.

Parmi les graisses poly-insaturées, quel que soit le type, oméga-6 ou oméga-3, la consommation était associée à une baisse de la mortalité prématurée. Les bénéfices étaient particulièrement importants quand les participants remplaçaient les graisses saturées par des graisses insaturées, particulièrement les poly-insaturées : réduction du risque de décès prématuré, du risque de la mortalité cardio-vasculaire, des décès par cancers, par maladies neuro-dégénératives ou respiratoires. Le fait de remplacer seulement 5 % – environ 15 grammes – de leurs calories provenant de graisses saturées par des acides gras insaturés comme l'huile d'olive, est associé à une baisse de 27 % du risque de décès prématuré.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

PLOS

JAMA

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top