RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Une étude confirme un risque de suicide accru lié aux antidépresseurs

Une étude menée sur près de 2.800 adultes et enfants britanniques confirme que les patients sont susceptibles d'avoir des tendances suicidaires lorsqu'ils sont au début d'un traitement par antidépresseurs.L'étude, qui a porté sur quatre médicaments, a découvert que les pensées suicidaires ou les tentatives de suicide sont quatre fois plus susceptibles de se produire dans les dix premiers jours du traitement qu'après trois mois. Les suicides sont presque 40 fois plus répandus au début du traitement, bien que "seulement" 17 aient été recensés dans l'étude, tous chez des patients de plus de 19 ans.Mais il est peu probable que l'étude tranche le débat sur le fait de savoir si ce sont les médicaments eux-mêmes qui sont responsables de l'augmentation du risque de suicide. Menée par les Dr Herschel et Susan Jick et James Kaye, de l'université de Boston, elle est publiée dans le "Journal of the American Medical Association" daté de mercredi.Les sceptiques affirment que de nouveaux traitements comme le Paxil et le Prozac, qui augmentent l'activité dans le cerveau de la sérotonine, un régulateur de l'humeur, sont particulièrement risqués pour les enfants.Certains proches de personnes qui se sont suicidées mettent en cause les antidépresseurs. Les autorités britanniques de la santé estiment que la plupart des traitements affectant la sérotonine ne conviennent pas aux enfants.Aux Etats-Unis, les autorités de contrôle pharmaceutique et alimentaire (FDA) ont demandé en début d'année aux fabricants de dix antidépresseurs d'ajouter ou de renforcer les mises en garde liées au risque de suicide sur l'étiquetage.

AP http://fr.news.yahoo.com/040721/5/3z4do.html

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top