RTFlash

Vivant

Diabète : cinq formes au lieu de deux…

Il était admis jusqu’à présent que le diabète se divisait en deux groupes : diabète de type 1 et de type 2. Pourtant, il pourrait exister jusqu’à cinq formes de cette maladie, dans laquelle les patients présentent un excès chronique de sucre dans le sang.

Selon la classification actuelle, le diabète de type 1 touche environ 10 % des diabétiques : dès l’enfance, les patients ne produisent pas ou peu d’insuline, hormone qui permet de réguler le taux de sucre dans le sang. Dans le diabète de type 2, les cellules du corps deviennent plus résistantes à l’insuline, à cause de facteurs multiples dont un mauvais régime alimentaire et le manque d’activité physique. Mais cette classification serait trop simpliste.

En effet, selon une étude suédoise menée par Emma Ahlqvist et Peter Storm, des Universités de Lund et Malmö, sur les 14 000 Suédois diabétiques observés, certains avaient un diabète de type 1 (sous-groupe 1), tel que défini actuellement : une maladie auto-immune, dans laquelle les anticorps du patient s’attaquent à son propre pancréas, producteur d’insuline. Le patient, incapable de produire l’hormone, doit être traité par injections d’insuline (insulinothérapie).

Les autres malades, c’est-à-dire les diabétiques de type 2, ont été répartis par les médecins suédois en quatre nouvelles familles. Les patients déficients en insuline (sous-groupe 2) avaient les mêmes caractéristiques que les diabétiques de type 1, sans les anticorps spécifiques de la pathologie. Le sous-groupe 3 était constitué de patients résistants à l’insuline et qui étaient obèses. Dans les deux dernières catégories (4 et 5), les patients étaient aussi obèses mais sans résistance à l’insuline. Les patients étaient plus âgés dans le dernier sous-groupe.

L'étude souligne également qu'à chacune de ces cinq formes correspond des complications spécifiques. Chez les patients déficients en insuline (sous-groupe 2), le risque d’avoir une rétinopathie (maladie de l’œil) liée au diabète était plus élevé que dans les autres sous-groupes.

Ceux qui avaient un diabète résistant à l’insuline (sous-groupe 3) étaient également plus susceptibles de développer une atteinte rénale. Attention, cela ne signifie pas que seuls les patients avec un diabète résistant à l’insuline risquent de développer des maladies rénales. Selon cette étude, cette nouvelle classification devrait  permettre de mettre en place des traitements individualisés plus efficaces et mieux tolérés.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

The Lancet

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Vieillissement et microbiote intestinal : les liaisons dangereuses !

    Vieillissement et microbiote intestinal : les liaisons dangereuses !

    Les différentes populations de bactéries intestinales, également appelées « commensales », existent chez presque tous les animaux et vivent selon un certain équilibre fonctionnel. La perturbation de ...

  • Un ver marin pourrait révolutionner les greffes…

    Un ver marin pourrait révolutionner les greffes…

    Un chercheur breton a fait une découverte qui pourrait révolutionner la greffe d'organes. Il a identifié un ver marin capable de prolonger la durée de vie des organes destinés à la greffe, grâce à ...

  • Immortels après 105 ans ?

    Immortels après 105 ans ?

    Une équipe de chercheurs italiens et américains a découvert l'existence "d'un plateau dans la mortalité humaine". Rompant avec la théorie dominante depuis deux siècles, ...

Recommander cet article :

back-to-top