RTFlash

Espace

Curiosity détecte la présence de méthane et de molécules organiques sur Mars !

Le robot Curiosity qui explore actuellement la surface de Mars vient de révéler la présence de dégazage de méthane à la surface de Mars.

Cette molécule organique (c'est-à-dire contenant du carbone C et de l'hydrogène H) peut être produite par des êtres vivants (plus de 90 % du méthane est d'origine biologique sur Terre) ou par de simples réactions chimiques entre de l'eau et des carbonates ou des silicates.

Les chercheurs ont donc analysé une douzaine de mesures effectuées par l'instrument SAM, s'étalant sur une période de 20 mois. Pour la plupart d'entre elles, les mesures effectuées sont en dessous du seuil de sensibilité de l'instrument de Curiosity. Autrement dit, s'il y a du méthane, c'est dans des quantités trop faibles pour être détectées.

Toutefois, certaines de ces mesures présentent des résultats étonnants. Quatre d'entre elles, effectuées entre la fin 2013 et le début 2014, font état d'un rapport moyen de 7 parties par milliard (ppbv) pour le méthane, chiffre le JPL. Autrement dit, dans un milliard de molécules gazeuses à la surface de Mars (essentiellement du CO2 et de l'azote), sept étaient des molécules de méthane (CH4).

Cela peut paraître peu, mais pour les chercheurs c'est une incroyable nouvelle. "Les observations effectuées par la sonde Mars Express en 2004 indiquaient au départ la présence de méthane dans l'atmosphère de la planète Rouge ainsi que de grandes variations dans la répartition de ce méthane", nous a rappelé François Forget chercheur au Laboratoire Atmosphères, Milieux, Observations Spatiales (LATMOS / INSU-CNRS). "Mais la découverte de ces émanations de méthane remet en selle des hypothèses que la communauté scientifique pensait invalides. C'est une découverte très intéressante !" s'enthousiasme François Forget.

Le méthane issu du sous-sol remonte à travers la croûte du sol martien et s'y stocke sous forme d'hydrate de méthane solide. Parfois, il s'échappe sous forme gazeuse lors de dégazages semblables à ceux rencontrés par Curiosity. Une autre source de méthane évoquée est le dépôt de ces molécules organiques par des comètes, des astéroïdes, ou de la poussière venue de l'Espace.

Mais en effectuant un forage sur un site appelé "Cumberland", Curiosity a également découvert des molécules organiques sous le sol de la planète Rouge. Les chercheurs ne sont toutefois pas encore en mesure d'en préciser la nature ou la complexité et il est impossible de savoir si ces molécules organiques trouvées à quelques centimètres sous le sol martien ou sous forme de méthane dans l'atmosphère ont été synthétisées via une activité biologique présente ou passée.

Un mois après la découverte de molécules organiques à la surface de la comète Tchouri par le robot Philae, cette découverte extraordinaire relance plus que jamais l'hypothèse d'une possible vie martienne…

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Science

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

    Recommander cet article :

    back-to-top