RTFlash

Vivant

Une consommation prolongée de médicaments anticholinergiques pourrait doubler le risque de déficience cognitive

Des chercheurs de l'Université d'Indiana et de l’Institut Regenstrief ont montré qu’une prise prolongée de médicaments à effets anticholinergiques, peut entraîner, chez certaines personnes, de sérieux troubles de la mémoire et une altération des facultés cognitives.

Ces recherches soulignent que ce type de médicaments, fréquemment utilisés par les personnes âgées, peuvent avoir des effets sévères sur la mémoire et les capacités cognitives après seulement deux mois de traitement.

Réalisée sur 3700 adultes de plus de 60 ans, cette étude précise que ce type de médicaments, bloquant l'acétylcholine, un neurotransmetteur important, peut doubler le risque de déficience cognitive chez les personnes âgées.

Le professeur Campbell qui a mené ces recherches précises dans l'étude "qu'il faut mieux prendre en compte l'impact de ces médicaments sur les capacités cognitives au moment de la prescription".

Il semble heureusement que ces médicaments à effets anticholinergiques n'augmentent pas le risque de maladie d'Alzheimer.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Alzheimer's and Dementia

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Empêcher la propagation des tumeurs en les affamant…

    Empêcher la propagation des tumeurs en les affamant…

    Des chercheurs de l’Université d’Heidelberg (Allemagne) ont découvert chez la souris qu’un anticorps spécifique peut provoquer la mort de certaines métastases et améliorer la survie de l’animal. A ...

  • Les éponges de mer contre le cancer

    Les éponges de mer contre le cancer

    Selon des chercheurs de l’Université fédérale d’Extrême-Orient, en Russie, l’éponge marine appelée fascaplysinopsis reticulata recélerait une molécule particulièrement efficace contre les cellules ...

  • Une molécule pour limiter les rejets de greffes d'organes

    Une molécule pour limiter les rejets de greffes d'organes

    Il y a eu au moins 5897 greffes d’organes en 2019 (tous organes confondus), soit 92 greffes de plus qu’en 2018. Ce qui représente une hausse “de 1,6 %, tous organes confondus, malgré une baisse du ...

Recommander cet article :

back-to-top