RTFlash

Vivant

Une consommation prolongée de médicaments anticholinergiques pourrait doubler le risque de déficience cognitive

Des chercheurs de l'Université d'Indiana et de l’Institut Regenstrief ont montré qu’une prise prolongée de médicaments à effets anticholinergiques, peut entraîner, chez certaines personnes, de sérieux troubles de la mémoire et une altération des facultés cognitives.

Ces recherches soulignent que ce type de médicaments, fréquemment utilisés par les personnes âgées, peuvent avoir des effets sévères sur la mémoire et les capacités cognitives après seulement deux mois de traitement.

Réalisée sur 3700 adultes de plus de 60 ans, cette étude précise que ce type de médicaments, bloquant l'acétylcholine, un neurotransmetteur important, peut doubler le risque de déficience cognitive chez les personnes âgées.

Le professeur Campbell qui a mené ces recherches précises dans l'étude "qu'il faut mieux prendre en compte l'impact de ces médicaments sur les capacités cognitives au moment de la prescription".

Il semble heureusement que ces médicaments à effets anticholinergiques n'augmentent pas le risque de maladie d'Alzheimer.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Alzheimer's and Dementia

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Le collagène peut-il bloquer les métastases ?

    Le collagène peut-il bloquer les métastases ?

    Le cancer métastatique est un cancer qui s’est propagé de l’endroit où il a fait son apparition à une autre zone du corps. Selon une étude réalisée par des chercheurs de l'Ecole de Médecine Mount ...

  • Maladie d’Alzheimer : le rôle de la protéine APOE4 mieux compris

    Maladie d’Alzheimer : le rôle de la protéine APOE4 mieux compris

    Le rôle de la protéine APOE4 dans l’apparition de l'Alzheimer, dont le lien avec la forme tardive de la maladie était connu, est maintenant mieux cerné grâce aux travaux de scientifiques suisses. La ...

  • Du café pour soigner la dyskinésie

    Du café pour soigner la dyskinésie

    Une des causes de cette affection est la mutation du gène ADCY5, débutant principalement pendant l’enfance. Ces mouvements anormaux sont souvent exacerbés lors de crises qui peuvent survenir le jour,...

Recommander cet article :

back-to-top