RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Le colossal chantier de l'exploration du cerveau

Que sont au juste les neurosciences ? Un ensemble toujours plus grand de disciplines fonda-mentales, cliniques, technologiques, où les spécialistes de l'évolution côtoient les généticiens, les neurochirurgiens les informaticiens et les histologistes. Il y a des questions qui concernent des maladies humaines graves. A quoi est due exactement la maladie d'Alzheimer ? Comment le prion de l'ESB, dépourvu de tout élément de programme génétique, trans-forme-t-il pour l'altérer le pro-gramme des neurones du cerveau qu'il infecte ? Pourquoi assiste-t-on à une augmentation des cancers du cerveau dans les pays développés ? Il faut comprendre, pour lutter contre elles, les maladies neurodégénératives, les affections héréditaires, les lenteurs et les limites de développement du cerveau, la maladie de Parkinson, l'épilepsie et les tumeurs. Les chercheurs doivent aussi mieux saisir comment se différencient les différents centres cérébraux, comment apparaissent les fonctions supérieures, comment s'intègrent en cartes corticales les représentations de nos sens, comment naît et s'installe la douleur, la migraine. D'autres spécialistes tentent d'élucider le mystère et l'origine du cortex cérébral, apanage des seuls mammifères : car ni les reptiles ni les oiseaux n'ont cette fine couche cellulaire de matière grise enrobant le cerveau, et qui représente dans l'espèce humaine jusqu'à 40 % de ses cent milliards de neurones. Paradoxalement, sans cortex, les plus petits oiseaux sont capables de fonctions supérieures, d'analyse et d'apprentissage du langage, ils peuvent utiliser des outils, élaborer des stratégies cognitives. Le mariage du vivant et du synthétique est également un des en-jeux des neurosciences modernes : des équipes de recherche mettent au point des réseaux hybrides, constitués de neurones vivants, greffés sur des supports électroniques, des neurones artificiels gravés sur des puces. Pour pouvoir faire communiquer entre eux des systèmes électroniques ou informatiques avec du tissu nerveux vivant. La pousse des neurones sur des surfaces artificielles est maîtrisée, la jonction entre le vivant et l'inerte au moyen de synapses artificielles aussi, et l'on a même reconstitué une boucle neuronale hybride.

Figaro : http://www.lefigaro.fr/cgi-bin/gx.cgi/AppLogic+FTContentServer?

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top