RTFlash

Changement climatique : un coût de 2.000 milliards de dollars pour les océans

Si rien n'est fait pour atténuer le réchauffement climatique, le coût des dégâts causés aux océans pourrait se chiffrer à 2.000 milliards de dollars par an d'ici 2100, selon une étude du Stockholm Environment Institute (SEI). Intitulée "Valuing the Ocean" (Estimation de la valeur de l'Océan), cette étude, réalisée par une équipe d'experts multidisciplinaire sous la coordination de l'institut suédois, a calculé les coûts d'ici 2050 et 2100 occasionnés dans 6 secteurs : la pêche, le tourisme, les tempêtes, l'élévation du niveau de la mer et l'océan comme puits de carbone.

Deux scénarios ont été retenus, l'un basé sur la poursuite d'un niveau élevé d'émissions de gaz à effet de serre qui devrait conduire à une hausse moyenne de la température de 4 degrés d'ici 2100. Dans ce cas, le coût de la dégradation des océans a été estimé à 1.980 milliards de dollars pas an, soit 0,37 % du PIB mondial. Les pertes pour le tourisme pourraient s'élever à plus de 639 milliards de dollars, celles pour la pêche à 343 milliards USD. Le second scénario inclut une réduction rapide des émissions dans les 90 ans à venir pour limiter la hausse de la température moyenne du globe à 2,2 degrés. Dans ce cas, les dommages causés aux océans ne s'élèveraient qu'à 612 milliards de dollars. Les conséquences pour le tourisme seraient de 301 milliards de dollars par an, celles pour la pêche réduites à 262 milliards USD.

"Ces chiffres ne sont que la partie émergée de l'iceberg, mais ils donnent une indication du prix de ce que l'on peut éviter en termes de futurs dégâts environnementaux dans les océans à l'échelle mondiale", a souligné le directeur du groupe de recherche sur l'économie du climat de l'institut SEI, Franck Ackerman. Plusieurs effets ont été retenus pour expliquer les dégradations :

- l'acidification accrue des océans, observée par les scientifiques comme un résultat directe de l'augmentation des niveaux de CO2 dans l'atmosphère et qui risque de réduire la capacité des mers à absorber ce gaz à effet de serre,

- le réchauffement des océans qui augmente l'intensité des cyclones dévastateurs avec pour conséquence les migrations de nombreuses espèces halieutiques vers des eaux plus fraîches,

- la multiplication des zones mortes pour cause d'afflux d'engrais azotés notamment,

- l'élévation du niveau de la mer avec la fonte des glaces qui menace les petits Etats insulaires et les mégapoles côtières,

- la pollution marine qui met en danger la biodiversité ainsi que la surexploitation des ressources des mers.

Les estimations avancées par l'étude sont loin d'être exhaustives, notent les auteurs qui soulignent cependant que l'inaction serait "dramatique".

Libération

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Le réchauffement climatique plus important que prévu

    Le réchauffement climatique plus important que prévu

    Alors que l’on estimait jusqu’à présent que la température moyenne du globe avait augmenté de 0,9°C depuis la révolution industrielle, des travaux récents réalisés par le Met Office Hadley Center, ...

  •  L’Homme doit-il tenter de refroidir la Terre ?

    Edito : L’Homme doit-il tenter de refroidir la Terre ?

    Les émissions humaines de CO2 ont atteint le chiffre astronomique de 33 gigatonnes en 2019 ; elles ont augmenté de 55 % depuis le début de ce siècle, en 19 ans seulement, et ont été multipliées par ...

  • Un bioréacteur à algues pour capter le CO2

    Un bioréacteur à algues pour capter le CO2

    L'entreprise américaine Hypergiant Industries, spécialisée dans le développement de systèmes d’intelligence artificielle, a imaginé une solution de haute technologie afin de réduire nos émissions de ...

Recommander cet article :

back-to-top