RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Cancer de la prostate : vers une maladie chronique ?

Le cancer de la prostate va-t-il devenir une maladie chronique grâce aux progrès en matière de traitements ? Peut-être, si l'on en croit les récentes avancées dans ce domaine. Quatre nouveaux médicaments pourraient permettre de transformer le cancer de la prostate avancé en maladie chronique, alors qu'il est aujourd'hui considéré comme une maladie en phase terminale, affirment des chercheurs américains de l'University of Colorado Denver. Publiés dans la revue Oncology, jeudi 16 février, leurs travaux démontrent comment la combinaison de ces quatre spécialités pourrait améliorer la survie des patients atteints de ce type de cancer.

Le premier médicament - le Denosumab - pourrait être utilisé pour protéger les os des patients atteints d'un cancer de la prostate grâce à trois actions : la prévention des fractures osseuses et de l'ostéoporose chez les patients en manque de calcium à cause des traitements lourds, et le retardement de l'apparition des métastases osseuses. Deux autres spécialités - l'Alpharadin et le Prostvac - pourraient respectivement cibler les tumeurs de façon ultra précise sans causer de dommages collatéraux, et lutter contre les cellules cancéreuses de la prostate, améliorant ainsi la durée de survie des patients. L'Acetate Abiraterone est le dernier médicament mentionné dans l'étude. Celui-ci aurait la capacité d'empêcher le corps de produire de la testostérone, dont le cancer de la prostate se sert pour évoluer.

"Il ne s'agit pas juste d'une chimiothérapie. Ces médicaments ont des méthodes d'action différentes et novatrices. L'un est un agent de protection osseuse, un autre est un agent hormonal efficace, un troisième se rapporte à la radiothérapie, et le dernier est le premier médicament testé pour l'immunothérapie du cancer", explique E. David Crawford, chercheur à l'University of Colorado Cancer Center. Le scientifique précise toutefois que ces médicaments ne sont pour le moment pas encore utilisés en traitement de première intention.

aufait Maroc

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top