RTFlash

Cancer de la prostate : le traitement par ultrasons est prometteur

Une étude britannique portant sur 41 patients, âgés de 45 a 80 ans et suivis sur 12 mois après leur traitement par ultrasons, a montré l'efficacité de ce traitement dans la prise en charge de certains cancers localisés de la prostate. Au bout d'un an, 39 malades sur 41 ne montraient plus aucun signe de la maladie et aucun effet secondaire indésirable n'a été constaté.

Cette étude confirme l'efficacité du traitement aux ultrasons en première intention du cancer localisé de la prostate. De précédentes études font état, avec cette méthode, d'un taux de survie sans récidive allant de 66 à 77 % à 5 ans.

Le traitement par ultrasons de certains cancers localisés de la prostate s'avère efficace et avec peu d'effets secondaires sur la sexualité des patients, contrairement aux traitements courants par chirurgie et radiothérapie, selon une étude britannique publiée. Ce traitement dit "par ultrasons focalisés de haute intensité" a pour but de détruire localement par la chaleur la tumeur et s'adresse depuis quelques années aux malades souffrant d'un cancer localisé et généralement peu agressif. Un faisceau d'ultrasons focalisés sur la prostate provoque une élévation brutale de la température, qui produit la destruction des tissus visés.

Le Docteur Hashim Ahmed de l'University College London, qui a dirigé cette étude, souligne que "Les hommes souffrant d'un cancer de la prostate pourront bénéficier de ce traitement qui entraîne très peu d'effets secondaires, ce qui signifie une amélioration notable de leur qualité de vie". Cette thérapie est également à l'essai en France mais reste moins employée que la chirurgie, la radiothérapie, la curiethérapie, qui consiste à placer des sources radioactives a l'intérieur de la prostate et l'hormonothérapie.

En France, le cancer de la prostate, reste le premier en incidence dans la population (71.000 cas estimes en 2011) et représente la 4ème cause de décès par tumeurs malignes (9 000 décès).

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

The Lancet

Chemotherapy Advisor

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

Poster un nouveau commentaire

back-to-top