RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Cancer et maladies liées à l’âge : Une nouvelle cause de vieillissement cellulaire

Une équipe de l’Université de Californie du Sud a mis à jour une nouvelle clé de compréhension du fonctionnement du processus de vieillissement. Cette étude ouvre  la voie à de meilleurs traitements contre le cancer, grâce à une nouvelle classe de médicaments révolutionnaires, les sénolytiques, capables d’améliorer la santé au grand âge.

La sénescence est un processus naturel par lequel les cellules cessent définitivement de créer de nouvelles cellules. Ce processus est l’une des principales causes du déclin lié à l’âge, il se manifeste dans de nombreuses maladies liées à l’âge, dont l’arthrite, l’ostéoporose et les maladies cardiaques. Les cellules sénescentes peuvent être décrites comme l'opposé des cellules souches qui ont un potentiel illimité d'auto-renouvellement ou de division. En effet, les cellules sénescentes ne peuvent plus se diviser : la sénescence est donc un état d'arrêt irréversible du cycle cellulaire.

Ces scientifiques ont découvert que les cellules sénescentes vieillissantes cessent de produire une classe de produits chimiques appelés nucléotides, des éléments constitutifs clés de l'ADN. Ainsi, lorsqu’ils contraignent des cellules jeunes à cesser de produire ces nucléotides, ces cellules deviennent sénescentes. La production de ces nucléotides apparaît donc comme essentielle pour maintenir la jeunesse cellulaire. Cela suggère qu’empêcher les cellules de perdre cette fonction de synthèse des nucléotides leur permettrait de vieillir plus lentement…

La sénescence entraîne le vieillissement et les maladies comme le diabète, le dysfonctionnement cardiaque ou l'athérosclérose et le dysfonctionnement tissulaire général. En cas de cancer, elle ne doit pas être bloquée, car cela pourrait libérer des cellules cancéreuses. Il s’agit donc de trouver un moyen de supprimer les cellules sénescentes pour favoriser un vieillissement en bonne santé.

Jusqu'à présent, la sénescence était principalement étudiée sur les fibroblastes, les cellules les plus courantes qui constituent le tissu conjonctif, chez l’animal. Ici, l’équipe de Graham s'intéresse au mécanisme de la sénescence dans les cellules épithéliales qui tapissent la surface des organes. C’est aussi le type de cellules par lesquelles la plupart des cancers se développent. Une nouvelle méthode d’imagerie 3D a montré de manière inattendue que les cellules sénescentes ont souvent 2 noyaux et qu'elles ne synthétisent plus l'ADN.

Ces travaux ouvrent ainsi 2 voies ou cibles thérapeutiques : celle du rétablissement de la fonction de synthèse des nucléotides et celle de l’identification et de l’élimination des cellules sénescentes. Avec l'espoir d'applications dans le domaine émergent des sénolytiques, ces médicaments susceptibles d'éliminer les cellules vieillissantes.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

JBC

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top