RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Les ARN circulaires commencent à livrer leurs secrets

Des chercheurs du Laboratoire d’optique et biosciences (École polytechnique / CNRS / INSERM) ont réussi à élucider l'un des mécanismes régissant le comportement des ARN circulaires, ces molécules découvertes en grand nombre ces dernières années et dont le rôle reste débattu.

On pense que ces ARN circulaires pouvaient servir soit de transition entre l’ADN et les protéines, soit de molécule régulatrice pour l’expression des gènes dans la cellule. A partir des données de séquençage des ARN d’un organisme, une archée en l’occurrence, les scientifiques ont identifié l’enzyme responsable de la forme circulaire de ces ARN.

Pour comprendre leur rôle, l’équipe du Laboratoire d’optique et biosciences a effectué le séquençage à haut débit de tous les ARN circulaires de l’archée grâce à un équipement spécifique nommé Personal Genome Machine (PGM) acquis récemment par l’École polytechnique. "L’appareil a fourni 400 000 séquences que nous avons ensuite comparées avec le génome de l’archée", précise Hubert Becker.

Puis, grâce à une collaboration avec des chercheurs du Laboratoire d’informatique de l’École polytechnique (commun avec le CNRS) et à un logiciel développé par leurs soins, les chercheurs ont réussi à trier les molécules et ne conserver que les formes circulaires.

Résultat : les scientifiques ont identifié 133 ARN circulaires, ce qui corespond à 2 % du génome de la cellule. A partir de ces données, les chercheurs ont réussi à distinguer l’enzyme impliquée dans l’ensemble des ARN circulaires de l’archée, et donc responsable de cette forme .

« L’enzyme que nous avons identifiée pourrait être utilisée en tant que nouvel outil de génie génétique lors de la préparation et de la fonctionnalisation de variants de molécules ARN et ADN, et ainsi compléter le panel d’outils disponibles pour la préparation d’échantillons pour la recherche en biologie moléculaire », explique Hubert Becker, qui ajoute "Ces ARN circulaires pourraient également devenir de nouveaux et précieux biomarqueurs pour le diagnostic précoce du cancer".

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

CNRS

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top