RTFlash

Vivant

Des probiotiques contre la dépression ?

Les chercheurs de l’Université d'Aarhus, aux Pays-Bas, travaillent sur les effets bénéfiques maintenant bien documentés de ces micro-organismes ou probiotiques, pour la santé intestinale, mais aussi pour le cerveau, via cet axe intestin-cerveau. Ils ont recemment montré que certains effets nocifs d’une alimentation malsaine pouvaient être compensés par des bactéries probiotiques.

L’équipe a nourri des rats avec une alimentation riche en graisse et sans fibres et un groupe a simultanément reçu un mélange de bactéries lactiques, dans leur eau de boisson. Les rats à régime alimentaire riche et sans probiotiques développent un comportement « dépression-like », les rats supplémentés en probiotiques voient leur comportement inchangé : précisément, au bout de 12 semaines, les rats privés de probiotiques se comportent de manière passive et sont dans l’incapacité de faire face à une situation stressante (test de nage).

En d'autres termes, écrivent les chercheurs dans un communiqué « les probiotiques contrent les effets d’un régime alimentaire malsain ». Les rats privés de probiotiques présentent rapidement un nombre accru de globules blancs dans leurs tissus cérébraux, un marqueur d'inflammation chronique, ce qui n’est pas constaté chez les rats ayant reçu les probiotiques. Les probiotiques semblent « reprogrammer » le système immunitaire, en particulier en cas de régime riche et en « faisant du bien » aux intestins, affectent également de manière bénéfique le cerveau et préviennent ainsi la dépression.

Bien que ces résultats demandent à être confirmés chez les personnes souffrant de dépression, cependant les auteurs parient sur les bénéfices possibles des probiotiques chez certains patients dépressifs : « Il y a de plus en plus de recherches qui suggèrent qu'un régime alimentaire malsain contribue au déclenchement ou à la prolongation d'une dépression. Les probiotiques peuvent contribuer à atténuer les symptômes dépressifs, permettre aux patients de sortir du cercle vicieux régime malsain et dépression et finalement apporter le petit coup de pouce nécessaire pour changer de mode de vie ».

Cette étude soutient, de manière intéressante, que la dépression ne doit pas toujours être considérée comme une maladie qui se développe uniquement sur la base de déséquilibres chimiques dans le cerveau et que notre microbiote peut jouer un rôle important. Avec les récentes études qui documentent ce fameux axe intestin-cerveau, cette recherche contribue à tisser le lien entre maladie psychiatrique et somatique.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Science Direct

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

Poster un nouveau commentaire

back-to-top