RTFlash

Vivant

Maladie d'Alzheimer : la protéine bêta amyloïde révélée à l'échelle de l'atome

Des chercheurs allemands (Jülich, Hambourg, Düsseldorf), en collaboration avec l'Université de Maastricht, ont élucidé la structure d'une fibrille amyloïde à une résolution jamais atteinte, de 4,0 angströms (0,4 nanomètre), soit l'échelle de l'atome.

Cette représentation en 3D obtenue par cryo-microscopie électronique (cryo-ME) révèle des détails de structure jusque-là inconnus, qui vont permettre de mieux comprendre le développement des dépôts pathologiques et l'influence des facteurs de risque génétiques. La cryo-ME, une nouvelle technologie, a permis de révéler comment les protéines amyloïdes bêta s'agencent en strates et en quinconce et en protofilaments.

Les protofilaments s'enroulent deux par deux pour former une fibrille et plusieurs fibrilles emmêlées forment les plaques amyloïdes. Ce travail montre pour la première fois la position exacte des protéines et leurs interactions. Les protofilaments emmêlés ne sont pas à la même hauteur et les molécules Abêta s'emboîtent comme une fermeture éclair. La structure révèle pour la première fois l'architecture des fibrilles amyloïdes bêta.

Cette nouvelle structure détaillée va permettre de mieux comprendre certaines variations génétiques associées à un risque augmenté de la maladie. Ces mutations stabilisent les fibrilles en changeant l'architecture de la protéine à différents endroits. Par exemple, ceci explique pourquoi deux mutations décrites en Islande portant sur la portion N terminale d'Ala2 modifient différemment le risque d'Alzheimer, l'une étant protectrice en déstabilisant la fibrille, l'autre pathogénique en en augmentant la stabilité.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Science

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top