RTFlash

Vivant

La maladie d'Alzheimer détectable grâce à une simple odeur

Des chercheurs du Monell Center et du ministère américain de l'Agriculture ont mené une étude à partir de trois types de souris, dont un groupe de rongeurs génétiquement modifiés pour imiter la maladie d'Alzheimer.

Comme la maladie d'Alzheimer est une maladie unique au genre humain, ces modèles de souris ont été créés pour étudier cette maladie plus en détail. Comme l'agrégat de plaque amyloïde dans le cerveau est un indicateur de la maladie d'Alzheimer, des gènes humains associés à cette accumulation de protéines ont été introduits dans le génome des rongeurs. Les souris ont ensuite développé une accumulation de plaques dans leurs cerveaux, en imitant la maladie d'Alzheimer.

Les chercheurs ont utilisé des analyses comportementales et chimiques de ces modèles de souris et ont trouvé qu'avant le diagnostic de la maladie, leur urine avait une odeur unique, facilement reconnaissable en comparaison avec l'urine des rongeurs témoins.

Bruce A. Kimball, l'auteur principal de cette étude, a commenté que son équipe avait réussi à montrer que "les signatures des odeurs urinaires pouvaient être altérées par des processus métaboliques associés aux précurseurs de maladie d'Alzheimer". Les différences d'odeurs étant même détectables avant le début du dépôt de plaque amyloïde.

Ces recherches laissent espérer la mise au point chez l'homme d'une nouvelle méthode de détection de la maladie en amont. Cela permettrait aux médecins de débuter le traitement plus tôt et ainsi ralentir le déclin cognitif. Ces résultats pourraient aussi permettre de détecter d'autres maladies neurologiques.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Nature

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Cancer colorectal : une nouvelle piste hormonale...

    Cancer colorectal : une nouvelle piste hormonale...

    Des chercheurs de la Duke University et de Harvard (Etats-Unis) ont montré qu'une alimentation trop riche augmente le risque de cancer colorectal. Mais, selon eux, une hormone, la guanyline, serait ...

  • Le voltarène, nouvel anticancéreux ?

    Le voltarène, nouvel anticancéreux ?

    Tout le monde connaît le voltarène (Diclofénac), un anti-inflammatoire non stéroïdien associé à un risque de thrombose artérielle. Selon une étude internationale, le Repurposing Drugs in Oncology ...

  • Le DHA, un oméga-3 intéressant contre le cancer du côlon ?

    Le DHA, un oméga-3 intéressant contre le cancer du côlon ?

    Les acides gras apportés par l'alimentation semblent jouer un rôle important dans la prolifération des cellules cancéreuses : selon leur nature, ils peuvent favoriser ou à l'inverse inhiber la ...

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top