RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Avenir

Vers une ferme fonctionnelle sans travailleurs humains

Il y a quelques semaines, l’entreprise Iron Ox a ouvert à San Carlos, en Californie, près de San Francisco, le premier site de production entièrement robotisé de légumes. Cette start-up développe un concept solide consistant à allier robotique et agriculture. Iron Ox s’étend sur près de 800 mètres carrés. La plus grande partie de cette surface est destinée à la culture de légumes à feuilles, comme la salade. Iron Ox compte produire environs 26 000 têtes par an. Si cette installation hydroponique tient sa promesse, elle produira autant qu’une ferme classique en plein air, 5 fois plus grande !

Si Iron Ox peut prétendre à une telle production, c’est principalement parce qu’elle utilise uniquement des robots pour soigner ses légumes. La robotique est souvent critiquée car nous craignons qu’elle nous remplace petit à petit. Dans certains cas, elle propose surtout une aide précieuse. Actuellement, la main d’œuvre agricole aux États-Unis est en forte diminution. Ce recul coûte près de 3,1 milliards de dollars par an en production végétale. Iron Ox part de ce constat désolant en créant cette ferme totalement autonome de la main de l’homme.

Les fermiers se concrétisent par des bras robotisés qui arrosent, récoltent, replantent ces milliers de salades. De l’approvisionnement en eau à la récolte, ces légumes sont entièrement gérés par des robots. Une fois la salade ramassée, le robot du chercheur Luca Scimeca pourrait même s’affairer à découper cette dernière. Le chef de l’exploitation est un logiciel nommé logiquement « The Brain ». Ce logiciel permet aux différents robots de travailler ensemble sans se marcher l’un sur l’autre. C’est en quelque sorte le chef d’orchestre.

Pour l’instant, Iron Ox prend soin de ses légumes mais ne les proposent pas à la vente. Néanmoins, ses cadres sont en discussion avec plusieurs restaurants et épiceries locales. Pas de gâchis, les milliers de laitues produites vont actuellement à la banque alimentaire locale ou au bar à salades de l’entreprise.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Siècle Digital

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top