RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Matière

Tous les acteurs français s'associent pour développer les batteries du futur

L'ensemble des acteurs privés et publics de la recherche se sont réunis le 2 juillet pour annoncer la création du premier réseau français de recherche et technologie sur les batteries. Pour rivaliser avec l'Allemagne, les Etats-Unis et l'Asie, l'union sacrée est annoncée pour développer, en France, les batteries du futur. CEA, CNRS, IFP... Tous les acteurs français ont décidé de s'associer. Y compris des industriels (Renault, EDF, Arkema, SAFT, PSA...).

La France a été leader dans les accumulateurs et batteries. Mais toutes nos belles avancées scientifiques sont devenues des succès commerciaux à l'étranger", s'est insurgé Jean-Marie Tarascon, enseignant chercheur à l'Université de Picardi Jules Verne. Sollicité pour s'expatrier aux Etats-Unis, ce grand spécialiste français aura finalement de quoi s'occuper dans l'Hexagone. "Il assurera le leadership scientifique du nouveau réseau", a lancé Alain Fuchs, président du CNRS.

Pour accélérer l'innovation française dans les batteries, l'objectif est de "créer un continuum entre la recherche amont et les industriels, à l'instar de ce qui a été réussi Valérie Pécresse, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Les enjeux sont multiples : éviter de dupliquer les projets ; faciliter l'industrialisation en France des nouvelles technologies de batteries ; concevoir des technologies de rupture à l'horizon 2020. Concrètement, des comités de pilotage ont été créés pour que les acteurs français du monde des batteries "se concertent en amont sur les programmes de R&D à lancer", a résumé Ronan Stephan, directeur général de la recherche et de l'innovation au ministère.

Le CEA et le CNRS seront les deux piliers du nouveau réseau. Piloté par le CNRS, le centre de recherche amont aura pour mission d'explorer les nouveaux concepts de batteries et particulièrement les matériaux à hautes performances. Piloté par le CEA, le centre de recherche technologique testera et validera ces concepts. Il s'appuiera notamment sur l'IFP, l'Ineris et l'Inrets. Le ministère a annoncé attribuer 1,5 million d'euros au réseau pour financer 15 contrats de post-doctorants. De son côté, le CNRS mobilisera, d'ici 2017, 19 chercheurs, 14 ingénieurs et techniciens. Les grands axes de recherche sont déjà établis :

-Les batteries lithium-ion, lithium-polymère, lithium-air

-La synergie batterie/supercondensateur

-Les analyses de cycle de vie et le recyclage des batteries.

"Nous sommes convaincus de pouvoir réduire de 30 % le coût des batteries et d'améliorer de 50 % leur densité énergétique d'ici 2020", a assuré Rémi Bastien, directeur de la recherche et des études avancées de Renault.

[I1T">...] dans le domaine des micro et nanotechnologies", a annoncé Valérie Pécresse, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Les enjeux sont multiples : éviter de dupliquer les projets ; faciliter l'industrialisation en France des nouvelles technologies de batteries ; concevoir des technologies de rupture à l'horizon 2020. Concrètement, des comités de pilotage ont été créés pour que les acteurs français du monde des batteries "se concertent en amont sur les programmes de R&D à lancer", a résumé Ronan Stephan, directeur général de la recherche et de l'innovation au ministère.

Le CEA et le CNRS seront les deux piliers du nouveau réseau. Piloté par le CNRS, le centre de recherche amont aura pour mission d'explorer les nouveaux concepts de batteries et particulièrement les matériaux à hautes performances. Piloté par le CEA, le centre de recherche technologique testera et validera ces concepts. Il s'appuiera notamment sur l'IFP, l'Ineris et l'Inrets. Le ministère a annoncé attribuer 1,5 million d'euros au réseau pour financer 15 contrats de post-doctorants. De son côté, le CNRS mobilisera, d'ici 2017, 19 chercheurs, 14 ingénieurs et techniciens. Les grands axes de recherche sont déjà établis :

-Les batteries lithium-ion, lithium-polymère, lithium-air

-La synergie batterie/supercondensateur

-Les analyses de cycle de vie et le recyclage des batteries.

"Nous sommes convaincus de pouvoir réduire de 30 % le coût des batteries et d'améliorer de 50 % leur densité énergétique d'ici 2020", a assuré Rémi Bastien, directeur de la recherche et des études avancées de Renault.

[I1T

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top