RTFlash

Tabac : vers une surmortalité féminine

Selon une étude publiée dans le New England Journal of Medicine et ayant porté sur plus de deux millions d'Américains, le risque de mourir d'un cancer du poumon a très fortement augmenté ces dernières décennies chez les femmes qui fument. On estime que depuis 20 ans, les femmes fument autant que les hommes et présentent donc des risques équivalents de mortalité.

Ces travaux montrent qu'il y a 50 ans, les femmes qui fumaient avaient un risque de décéder d'un cancer du poumon 2,7 fois plus élevé que celles qui ne fumaient pas. Mais depuis 10 ans, ce risque est devenu 25,7 fois plus grand que chez celles qui n'avaient jamais fumé.

Cette surmortalité est directement liée au nombre de cigarettes fumées et à la précocité du tabagisme. Par exemple, le risque de décès est multiplié par 3,7 pour une consommation d’environ 25 cigarettes par jour et par 2 pour une consommation d’un peu moins de 10 cigarettes quotidiennes. Par ailleurs,  le risque est multiplié par 3,2 pour les femmes qui ont commencé à fumer avant 16 ans contre 2,4 pour celles qui ont commencé à fumer après 22 ans. 

L'étude montre que les femmes qui se sont arrêtées de fumer entre 25 et 34 ans ont une surmortalité supérieure de seulement 5 % à celles qui ne fument pas mais cette surmortalité monte à 20 % lorsque le sevrage intervient à 40 ans et atteint 56 % lorsque le sevrage se fait à 50 ans.

Ces recherches confirment que l'arrêt du tabac est toujours bénéfique et réduit fortement, à tous les âges de la vie, le risque de mortalité.

Article rédigé par Elisa Tabord pour RT Flash

The Lancet

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

Poster un nouveau commentaire

back-to-top