RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Matière

Le stockage d’électricité par hydrogène progresse

Les futurs bâtiments autonomes en énergie ne pourront se contenter de batteries pour stocker son électricité. L’hydrogène semble le candidat le plus apte à combler les lacunes des accumulateurs. Parmi les jeunes entreprises qui investissent ce créneau, la société Sylfen se singularise par sa technologie et sa stratégie orientées vers la construction.

Alors que les systèmes de batteries dédiées au bâtiment entrent tout juste dans une phase industrielle, l’avenir du stockage d’électricité est déjà sorti des laboratoires. Ces dispositifs, encore artisanaux, adjoignent de l’hydrogène aux batteries. Le surplus de courant alimente un électrolyseur qui produit du gaz à partir d’eau. Une pile à combustible emploie ensuite ce gaz pour générer de la chaleur et des électrons.

Plusieurs jeunes entreprises, dont les françaises PowiDian ou Atawey, se sont emparées de cette idée. Parmi ces nouveaux acteurs, il faut également compter la société grenobloise Sylfen. Créée en juin 2015 par Nicolas Bardi et Caroline Rozain, cette start-up œuvre à adapter une technologie développée par le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) aux besoins des immeubles tertiaires, alors que ses concurrentes visent davantage l’habitat isolé. Elle ambitionne d’installer ses premières centrales de stockage d’ici deux ans.

La création de Sylfen découle de dix années de recherche du Laboratoire d’innovation pour les technologies des énergies nouvelles et les nanomatériaux (Liten) dans le domaine de l’électrolyse de l’eau. Cette méthode consiste à décomposer la molécule aqueuse en dihydrogène et en dioxygène grâce à un courant électrique. En 2014, ses responsables annoncent la validation d’un électrolyseur, l’équipement qui réalise le procédé, à oxydes solides avec un excellent rendement de 90 %.

Mieux encore, l’unité est réversible : elle peut aussi se comporter comme une pile à combustible et convertir l’hydrogène en électricité et en chaleur. "A la suite de cette démonstration, nous nous sommes interrogés sur les applications possibles de cette technologie", explique Nicolas Bardi, ancien membre du Liten et actuel président de Sylfen. "Le stockage d’électricité pour les bâtiments nous semblait la meilleure opportunité".

En effet, dans la perspective de constructions autonomes en énergie, l’hydrogène apparait progressivement comme le complément idéal des batteries. Ces dernières bénéficient d’une grande souplesse. Elles peuvent basculer rapidement de la charge à la décharge en fonction du contexte. Toutefois, leur capacité de stockage reste limitée. A l’opposé, le gaz s’appuie sur des équipements peu réactifs et encore coûteux. Cependant, une fois l’investissement initial passé, accroître ses réserves se révèle plutôt bon marché. « Une bouteille d’un kilogramme d’hydrogène coute environ 500 € et peut contenir 40 kWh d’énergie, soit un rapport de 12,5 €/kWh.

"Aujourd’hui, le prix des batteries lithium s’élève encore à 500 €/kWh", analyse Nicolas Bardi. "Nous combinons le meilleur des deux mondes. Les batteries absorbent les brusques pics de production ou de consommation, et l’hydrogène accroît l’autonomie du site".

Pour se distinguer de la masse, le président de Sylfen met en avant la réversibilité de sa technologie. Pour un site tertiaire de 3000 m², la centrale devrait comporter environ 200 kWh de batteries, accompagnées de la pile à combustible réversible d’une puissance de 90 kW en électrolyse (environ la puissance crête d’une installation photovoltaïque), et 15 kW électrique/10 kW thermique en pile.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Le Moniteur

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

  • J.T.

    29/09/2016

    De l'hydrogène dans le tertiaire...(?), il faut une sureté à toute épreuve, surtout lors de séismes..., car j'en ai vécu un en 69 au Maroc et l'électricité statique à considérablement augmenté dans l'environnement avent celui-ci, au point de faire de la foudre sèche...!§!

  • J.T.

    29/09/2016

    D'après mon analyse ultérieure, comme le terrain était rocheux, j'ai fini par comprendre que cette électricité statique importante était due à un effet piézoélectrique au seins des roches soumises à des pressions importantes avant le relâchement sismique.

    Cette compréhension laisse entrevoir une nouvelle façon de faire de l'électricité piézoélectrique importante :
    - creuser en profondeur des puits de mine importants et y entasser des céramiques aptes à produire ce courant ;
    - par en dessous, mettre un énorme vérin à air comprimé avec relâchement de l'ensemble des pastilles céramiques parfaitement guidées entre elles...!§!

    Le B.R.G.M. et le CNRS pourraient s'y mettre..., hein ?
    -

  • J.T.

    29/09/2016

    Et, avec l'effet d'ondes de chocs de pastille à pastille, l'on arriverait presque à produire du courant continu, non ? A condition de coupler les puits entre eux !

  • back-to-top